2017

Avertir le modérateur

page n°1, extrait

  • Pages 89 à 91/92 de "365 fois", chronique du métro parisien

    Lundi 9 [359]
    20°C, ciel couvert. Peu de monde mais je suis très en retard. Je voyage assis, songeant à ce nouveau texte sur le cinéma, titre pressenti: Ma vie en cinémascope. L'histoire s'égrène en chapitres. Chacun d'eux est illustré par un film. J'avais ce projet en tête depuis fort longtemps. je n'avais pas encore trouvé l'angle d'attaque. Jivago, évidemment, Rebecca, Les aventuriers de l'arche perdue, La femme d'à côté etc. Il ne me reste plus qu'à rédiger en consultant la documentation, en revoyant les films et en évoquant les salles de cinéma disparues...
    ...aperçu sur le quai à Boucicaud cette chanteuse du métro à la voix étonnante (ligne 8)...ligne 3, on lit Les mangeurs de muraille [Sigrid et les Mondes perdus, tome 4, de Serge Brussolo, 1982] et on voyage debout.

    Mardi 10 mai [360]
    19°C, ciel couvert. Je n'aime pas courir dans les escaliers. J'ai volontairement laissé partir la rame, la suivante est deux minutes après...je monte, je lis Le tournant. 1929, Klaus Mann est à Venise. Sillonnant l'Europe frénétiquement il tente de fuir la montée du nazisme. Fez et l'expérience du hachich avec Erika. Fuite précipitée de leur hôtel en pleine nuit. Concert des grillons et des crapauds.
    ...22h, ligne 13, retour du bookcrossing. Encore à l'esprit les conversations sur la famille, les rapport avec le père et les enfances heureuses. Les caractères différents des enfants qui induisent des comportements différents des parents...et tout ce qui a été dit sur les livres -les polars italiens, les livres de S.F. inédits, les livres pour enfants comme cadeaux "subits"...nous avons mangé des chocolats et parlé de tant d'autres choses que seul peut-être le compte-rendu pourra l'avoir retenu. Personne ne semble connaître Klaus Mann (et surtout personne n'a lu Thomas Mann).

    Mercredi 11 [361]
    18°C, 9h30 passé. Je suis très en retard et oublie presque ce carnet. Je m'installe pour lire K. Mann, la montée du nazisme et son éloignement de S. Zweig, trop pacifiste à son goût. Je rate la correspondance de la 8 et c'est 4 minutes affichées ajoutées à mon retard. Je voyage alors à côté d'une femme énorme et toute à son téléphone. Son baragouinage ne m'empêche pas de songer à ma lecture -le noir mincit mais il y a des limites à son pouvoir!
    ...19h, Balard. Je mange un pain au chocolat en attendant le repas...à l'autre bout de Paris... portrait d'Hitler, mangeant lui aussi, page 338, à un mètre cinquante de K. Mann. Ce dernier ne peut détacher son regard de celui qui dévore tartelette aux fraises sur tartelette aux fraises, et dont le visage s'impose à lui comme empreint d'une incroyable laideur dans ce salon de thé de Munich où l'écrivain s'est réfugié à l'écart des SA et des SS (1932).

    jeudi 12 [362]
    En partant tard je suis presque assuré de trouver une place assise. Ça me permet d'aborder dans de meilleures conditions cette journée grise et humide. Reprise de ma lecture.
    ...18h30, ligne 8. SMS à monsieur A. qui m'avait promis de m'aider dans mes démarches auprès des éditeurs. Une proposition concrète serait la bienvenue (j'ai travaillé aujourd'hui sur la version 2 du dictionnaire mais également sur La Dame en rouge)...

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu