2017

Avertir le modérateur

Film

  • Michael Lonsdale (1931)

    Michael Lonsdale est né le 24 mai 1931 à Paris. Il est le fils d'un officier de l'armée britannique. Il séjourne à Jersey puis à Londres dès 1935. En 1939 il rejoint le Maroc où son père est arrêté par le gouvernement de Vichy. En 1946 il est à Cannes. Roger Blin l'amène au théâtre. En 1949 il est de retour à Paris. Il travaille avec Raymond Rouleau, Truffaut, Orson Welles, Losey, Louis Malle, Bunuel, Mocky. En 1972 il fonde avec Michel Puig une compagnie de théâtre musical. Amoureux de Delphine Seyrig, déjà mariée, il est resté célibataire.

    ma sélection:
    La grande lessive (1968) de Jean-Pierre Mocky, avec Bourvil et Francis Blanche
    La vieille fille (1972) de Jean-Pierre Blanc, avec Annie Girardot
    Moonraker (1979) de Lewis Gilbert, avec Roger Moore
    Le nom de la rose (1986) de Jean-Jacques Annaud, avec Sean Connery
    Les vestiges du jour (1993) de James Ivory, avec Anthony Hopkins
    Le mystère de la chambre jaune (2003) de Bruno Podalydès, avec Sabine Azéma
    Des hommes et des dieux (2010) de Xavier Beauvois, avec Lambert Wilson

    filmographie (61)

  • Merle Oberon (1911-1979)

    Elle est née le 19 février 1911 à Bombay (Inde). Avec sa mère elle quitte Bombay pour Calcutta où elle débute au théâtre. La rencontre d'un acteur de cinéma lui fait reprendre la route (toujours avec sa mère). Elle rejoint la France (elle est rejetée par l'homme qui découvre ses origines métisses) puis l'Angleterre. Elle épouse Alexander Korda en 1939 et sa carrière décolle au cinéma. Elle divorce en 1945 et épouse le chef opérateur Lucien Ballard. Son 3ème mari sera un industriel italien et le 4ème un acteur néerlandais. Elle s'éteint à Malibu (Californie).

    Je l'ai vue pour la première fois dans La chanson du souvenir, l'évocation sur la rencontre de George Sand avec Chopin. Ses films ne sont plus programmés sur les chaines françaises.

    ma sélection:
    Les hauts de Hurlevent (1939) de William Wyler, avec Laurence Olivier
    Jack l'éventreur (1944) de John Brahm, avec George Sanders et Laird Cregar
    La chanson du souvenir (1945) de Charles Vidor, avec Cornel Wilde
    Désirée (1954) de Henry Koster, avec Marlon Brando et Jean Simmons

    filmographie (56)

  • Rectificatif sur Clint Eastwood

    La semaine dernière j'ai pu lire un article à propos de Clint Eastwood à l'occasion de la sortie de La mule, cet article ne semble pas avoir été étayé d'une sérieuse documentation.
    Voulant évoquer le western spaghetti, un genre qui a vu émerger Clint Eastwood acteur, avant qu'il ne devienne le réalisateur que l'on connaît, l'auteur a cru bon de dénigrer deux acteurs de "l'ancien genre". On ne peut évidemment pas résumer John Wayne à un type ventripotant et ce n'est pas le nom de Randolph Scott qui me vient immédiatement à l'esprit après lui. Je songe plutôt à James Stewart, Gary Cooper, Robert Mitchum, Robert Taylor, Clark Gable, Robert Ryan, Glenn Ford, Dean Martin, Burt Lancaster, Kirk Douglas et j'en oublie certainement. Quant à Clint Eastwood j'ai eu le plaisir de le découvrir dans deux westerns classiques qui ne passent plus beaucoup: Les proies, dont Sofia Coppola vient de faire un remake et Sierra torride avec Shirley MacLaine, deux films de Don Siegel.

  • Danielle Darrieux (1917-2017)

    Elle est née à Bordeaux et passe son enfance à Paris. A quatorze ans elle joue du violoncelle et du piano. Elle se présente pour un premier film, ce sera Le bal (1931), puis toute une série de comédies. Elle épouse Henri Decoin avec qui elle a déjà tourné. Son mariage avec Porfirio Rubirosa sera plus problématique. Elle va travailler durant huit décennies, tournant avec Marcel L'Herbier, Sacha Guitry, Anatole Litvak, Maurice Tourneur, Claude Autant-Lara, Joseph L. Mankiewicz, Max Ophüls, Julien Duvivier, Jacques Demy, François Ozon.

    ma sélection:
    La crise est finie (1934) de Robert Siodmak, avec Albert Préjean
    Ruy Blas (1948) de Pierre Billon, avec Jean Marais
    La vérité sur Bébé Donge (1952) de Henri Decoin, avec Jean Gabin
    L'affaire Cicéron (1952) de Joseph L. Mankiewicz, avec James Mason
    Madame de...(1953) de Max Ophüls, avec Charles Boyer
    Le rouge et le noir (1954) de Claude Autant-Lara, avec Gérard Philipe
    Typhon sur Nagasaki (1957) de Yves Ciampi, avec Jean Marais
    Marie Octobre (1959) de Julien Duvivier, avec Paul Meurisse
    Les demoiselles de Rochefort (1967) de Jacques Demy, avec Catherine Deneuve
    Une chambre en ville (1982) de Jacques Demy, avec Michel Piccoli
    Huit femmes (2001) de François Ozon, avec Catherine Deneuve

    filmographie (54)

  • Gisèle Casadesus (1914-2017)

    Gisèle Casadesus est née à Paris. Son père d'origine espagnole est Henri Casadesus, compositeur et chef d'orchestre; sa mère Marie-Louise Beetz est harpiste. Gisèle fait un passage au cours Simon et entre en 1934 à la Comédie-Française. Elle épouse Lucien Pascal, comédien. Au théâtre français elle tient des rôles d'ingénue, au cinéma elle tourne avec Marcel L'Herbier, Henri Decoin, André Cayatte, Jean Becker, Robert Guediguian et Claude Lelouch.

    ma sélection:
    Verdict (1974) de André Cayatte, avec Jean Gabin et Sophia Loren
    Les enfants du marais (1999) de Jean Becker, avec Jacques Villeret
    Elle s'appelait Sarah (2010) de Gilles Paquet-Brenner, avec Kristin Scott Thomas

    filmographie (52)

  • Maggie Smith (1934)

    Elle est née le 28 décembre 1934 à Ilford. Elle étudie l'art dramatique à Oxford et débute en 1956 à New-York. Elle entre ensuite à l'Old Vic Theatre de Londres où elle joue Shakespeare puis Ionesco, Ibsen. Ensuite ce sera Tchekhov et Oscar Wilde. Elle aborde le cinéma dès 1958. Elle tournera sous la direction de Anthony Asquith, Jack Clayton, Mankiewicz, George Cukor et obtient un Oscar pour California hotel de Herbert Ross. Enfin à la télévision où elle a débuté très jeune elle revient dans la série Downton Abbey.

    Vue pour la première fois dans Guêpier pour trois abeilles j'ai appris à la connaître et à l'apprécier à la sortie de Chambre avec vue (1985)

    ma sélection:
    Guêpier pour trois abeilles (1967) de Joseph L. Mankiewicz, avec Rex Harrison
    Voyage avec ma tante (1972) de George Cukor, avec Alec McCowen
    Mort sur le Nil (1978) de John Guillermin, avec Bette Davis et Peter Ustinov
    Chambre avec vue (1985) de James Ivory, avec Helena Bonham-Carter et Judi Dench
    Sister act (1992) de Emile Ardolino, avec Whoopi Goldberg
    Gosford park (2001) de Robert Altman, avec Michael Gambon
    Les dames de Cornouailles (2004) de Charles Dance, avec Judi Dench et Daniel Brühl
    Downton Abbey (2010-2015 TV) de Julian Fellowes, avec Hugh Bonneville et Penelope Wilton
    Indian palace (2011) de John Madden, avec Penelope Wilton et Judi Dench

    filmographie (49)

  • Kirk Douglas

    Kirk Douglas est né le 9 décembre 1916 à Amsterdam, état de New York. Quatrième enfant d'une famille qui en compte sept, Issur Danielovitch Demsky est le fils d'un chiffonnier

    ma sélection:

    Chaines conjugales (1949) de J. L. Mankiewicz, avec Linda Darnell

    Les ensorcelés (1952) de Vincente Minnelli, avec Lana Turner

    20.000 lieues sous les mers (1954) de Richard Fleischer, avec James Mason

    Règlement de comptes à OK Corral (1957) de John Sturges, avec Burt Lancaster

    Les vikings (1958) de Richard Fleischer, avec Tony Curtis et Janet Leigh

    El Perdido (1961) de Robert Aldrich, avec Rock Hudson et Dorothy Malone

    Le dernier de la liste (1963) de John Huston, avec George C. Scott

    Les héros de Télémark (1965) de Anthony Mann, avec Richard Harris

    Le reptile (1970) de J. L. Mankiewicz, avec Henry Fonda

    Nimitz (1980) de D. Taylor, avec Martin Sheen

    filmographie (39)

  • Dialogue avec mon jardinier

    Depuis L’été meurtrier, Jean Becker nous a habitués à d’attachants portraits, à des confrontations d'acteurs, de préférence en milieu champêtre. Il filme ses personnages sous le soleil comme s’ils avaient découvert le paradis terrestre. Adaptant ici un roman auquel il emprunte ses plus savoureux dialogues, le réalisateur réussit un petit chef d’œuvre d’émotion, plus profond encore que ses films précédents. Les histoires contrastées d’Auteuil-le peintre et de Daroussin-le jardinier illustrent les valeurs essentielles de la vie. Les personnages secondaires, sobrement croqués, sont maintenus dans un arrière plan esthétique. La peinture et la campagne ne sont que des prétextes pour décrire une profonde amitié. Auteuil, précédemment préparé au personnage du peintre par le Van Gogh de Pialat –ce dernier ayant finalement échu à Jacques Dutronc- donne la réplique à Jean-Pierre Daroussin exceptionnel de sérénité. L'interprétation de ce dernier n’est pas étrangère à la durable impression que laisse le film.

    This film is about the essential values of life discribed through the friendship between a painter and his gardener.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu