2017

Avertir le modérateur

Cinéma

  • Michael Lonsdale (1931)

    Michael Lonsdale est né le 24 mai 1931 à Paris. Il est le fils d'un officier de l'armée britannique. Il séjourne à Jersey puis à Londres dès 1935. En 1939 il rejoint le Maroc où son père est arrêté par le gouvernement de Vichy. En 1946 il est à Cannes. Roger Blin l'amène au théâtre. En 1949 il est de retour à Paris. Il travaille avec Raymond Rouleau, Truffaut, Orson Welles, Losey, Louis Malle, Bunuel, Mocky. En 1972 il fonde avec Michel Puig une compagnie de théâtre musical. Amoureux de Delphine Seyrig, déjà mariée, il est resté célibataire.

    ma sélection:
    La grande lessive (1968) de Jean-Pierre Mocky, avec Bourvil et Francis Blanche
    La vieille fille (1972) de Jean-Pierre Blanc, avec Annie Girardot
    Moonraker (1979) de Lewis Gilbert, avec Roger Moore
    Le nom de la rose (1986) de Jean-Jacques Annaud, avec Sean Connery
    Les vestiges du jour (1993) de James Ivory, avec Anthony Hopkins
    Le mystère de la chambre jaune (2003) de Bruno Podalydès, avec Sabine Azéma
    Des hommes et des dieux (2010) de Xavier Beauvois, avec Lambert Wilson

    filmographie (61)

  • Merle Oberon (1911-1979)

    Elle est née le 19 février 1911 à Bombay (Inde). Avec sa mère elle quitte Bombay pour Calcutta où elle débute au théâtre. La rencontre d'un acteur de cinéma lui fait reprendre la route (toujours avec sa mère). Elle rejoint la France (elle est rejetée par l'homme qui découvre ses origines métisses) puis l'Angleterre. Elle épouse Alexander Korda en 1939 et sa carrière décolle au cinéma. Elle divorce en 1945 et épouse le chef opérateur Lucien Ballard. Son 3ème mari sera un industriel italien et le 4ème un acteur néerlandais. Elle s'éteint à Malibu (Californie).

    Je l'ai vue pour la première fois dans La chanson du souvenir, l'évocation sur la rencontre de George Sand avec Chopin. Ses films ne sont plus programmés sur les chaines françaises.

    ma sélection:
    Les hauts de Hurlevent (1939) de William Wyler, avec Laurence Olivier
    Jack l'éventreur (1944) de John Brahm, avec George Sanders et Laird Cregar
    La chanson du souvenir (1945) de Charles Vidor, avec Cornel Wilde
    Désirée (1954) de Henry Koster, avec Marlon Brando et Jean Simmons

    filmographie (56)

  • Bruno Ganz (1941-2019)

    Il est né à Zurich. Il quitte la Suisse pour Berlin où il fonde une troupe. En 1972 il joue Thomas Berhardt à Salzbourg. Au cinéma il tourne avec Eric Rohmer, Wim Wenders, Peter Handke, Werner Herzog, Volker Schlöndorff, Skolimowski, Angelopoulos, Lars Von Trier.

    J'ai un grand souvenir des Ailes du désir, un film "beau mais chiant" comme le qualifiait alors un ami.

    ma sélection:
    Nosferatu (1979) de Werner Herzog, avec Klaus Kinski et Isabelle Adjani
    La dame aux camélias (1981) de Mauro Bolognini, avec Isabelle Huppert
    Les ailes du désir (1987) de Wim Wenders, avec Solveig Dommartin
    Pain, tulipes et comédie (2000) de Silvio Soldini
    La chute (2004) de Oliver Hirschbiegel)

    filmographie (55)

  • Moi, moi, moi et les autres (de Alessandro Blasetti, 1966)

    Ce film est curieux. Les premières minutes surtout. Je n'ai pas aimé la musique de Carlo Rustichelli. Je ne connais pas l'acteur principal, Walter Chiari. Il n'y a pas d'histoire, juste des scénettes. Le fil conducteur est ténu. Et puis j'aperçois Nino Manfredi, et Vittorio de Sica, Mastroianni. Un peu confus au début, le sujet est l'égoïsme vu à travers plusieurs personnages. Mais c'est surtout Walter Chiari que l'on suit...jusqu'à la rencontre de Gina Lollobrigida. Très jolies scènes. Je ne l'avais jamais vue comme ça. Jolie, élégante, délicieuse. Toujours ces petites touches d'égoïsme, les scènes dans l'église, les scènes dans la rue, la mort du personnage interprété par Mastroianni, la visite au mort. Retour en train. L'épisode de Silvana Mangano vient conclure cette histoire.
    Il semble que les plus grands scénaristes de cette époque y aient apporté leur touche. Il y a un charme évident à l'ensemble. Le cinéma italien des années 1960 reste unique. Ce film a obtenu le prix Donatello 1966.

  • Rectificatif sur Clint Eastwood

    La semaine dernière j'ai pu lire un article à propos de Clint Eastwood à l'occasion de la sortie de La mule, cet article ne semble pas avoir été étayé d'une sérieuse documentation.
    Voulant évoquer le western spaghetti, un genre qui a vu émerger Clint Eastwood acteur, avant qu'il ne devienne le réalisateur que l'on connaît, l'auteur a cru bon de dénigrer deux acteurs de "l'ancien genre". On ne peut évidemment pas résumer John Wayne à un type ventripotant et ce n'est pas le nom de Randolph Scott qui me vient immédiatement à l'esprit après lui. Je songe plutôt à James Stewart, Gary Cooper, Robert Mitchum, Robert Taylor, Clark Gable, Robert Ryan, Glenn Ford, Dean Martin, Burt Lancaster, Kirk Douglas et j'en oublie certainement. Quant à Clint Eastwood j'ai eu le plaisir de le découvrir dans deux westerns classiques qui ne passent plus beaucoup: Les proies, dont Sofia Coppola vient de faire un remake et Sierra torride avec Shirley MacLaine, deux films de Don Siegel.

  • Danielle Darrieux (1917-2017)

    Elle est née à Bordeaux et passe son enfance à Paris. A quatorze ans elle joue du violoncelle et du piano. Elle se présente pour un premier film, ce sera Le bal (1931), puis toute une série de comédies. Elle épouse Henri Decoin avec qui elle a déjà tourné. Son mariage avec Porfirio Rubirosa sera plus problématique. Elle va travailler durant huit décennies, tournant avec Marcel L'Herbier, Sacha Guitry, Anatole Litvak, Maurice Tourneur, Claude Autant-Lara, Joseph L. Mankiewicz, Max Ophüls, Julien Duvivier, Jacques Demy, François Ozon.

    ma sélection:
    La crise est finie (1934) de Robert Siodmak, avec Albert Préjean
    Ruy Blas (1948) de Pierre Billon, avec Jean Marais
    La vérité sur Bébé Donge (1952) de Henri Decoin, avec Jean Gabin
    L'affaire Cicéron (1952) de Joseph L. Mankiewicz, avec James Mason
    Madame de...(1953) de Max Ophüls, avec Charles Boyer
    Le rouge et le noir (1954) de Claude Autant-Lara, avec Gérard Philipe
    Typhon sur Nagasaki (1957) de Yves Ciampi, avec Jean Marais
    Marie Octobre (1959) de Julien Duvivier, avec Paul Meurisse
    Les demoiselles de Rochefort (1967) de Jacques Demy, avec Catherine Deneuve
    Une chambre en ville (1982) de Jacques Demy, avec Michel Piccoli
    Huit femmes (2001) de François Ozon, avec Catherine Deneuve

    filmographie (54)

  • Jean Rochefort (1930-2017)

    Il est né à Paris le 29 avril 1930 et grandit à Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale. A 19 ans il suit les cours de l'école de la rue Blanche puis il entre au Conservatoire national supérieur d'art dramatique. Il n'est pas admis au concours de 1953. D'abord dans des seconds rôles au cinéma il s'impose dans les années 1970. Il obtient le César du meilleur acteur pour le Crabe-tambour (1978).

    ma sélection:
    Cartouche (1961) de Philippe de Broca, avec Jean-Paul Belmondo et Claudia Cardinale
    Angélique, marquise des anges (1964) de Bernard Borderie, avec Michèle Mercier
    Les tribulations d'un Chinois en Chine (1965) de Philippe de Broca, avec Jean-Paul Belmondo et Ursula Andress
    Que la fête commence (1975) de Bertrand Tavernier, avec Philippe Noiret et Marina Vlady
    La grande cuisine (1977) de Ted Kotcheff, avec Robert Morley et Jacqueline Bisset
    Chère inconnue (1979) de Moshé Mizrahi, avec Simone Signoret et Delphine Seyrig
    Je suis le seigneur du château (1989) de Régis Wargnier, avec Dominique Blanc
    Les grands ducs (1996) de Patrice Leconte, avec Philippe Noiret et Jean-Pierre Marielle
    Le comte de Monte-Cristo (1998-TV) de Josée Dayan, avec Gérard Depardieu

    filmographie (53)

  • Laird Cregar (1913-1944)

    Laird Cregar est né à Philadelphie le 28 juillet 1913. Le plus méconnu des acteurs hollywoodiens de second plan est mort d'une crise cardiaque en décembre 1944. Il avait tourné moins de 20 films. Je l'ai découvert dans Hangover Square, son dernier film sorti en 1945, un film noir qui illustrait brillamment une de ses facettes. Il avait également tourné des films d'aventures aux côté de Tyrone Power, de Maureen O'Hara, Victor Mature, Gene Tierney. Je viens de trouver en DVD Jack l'éventreur (1944).

    ma sélection:
    Arènes sanglantes (1941) de Rouben Mamoulian, avec Tyrone Power
    Le cygne noir (1942) de Henry King, avec Tyrone Power
    Le ciel peut attendre (1943) d'Ernst Lubitsch, avec Gene Tierney
    Hangover Square (1945) de John Brahm, avec Linda Darnell

    filmographie (51)

  • Mireille Darc (1938-2017)

    Elle est née à Toulon le 15 mai 1938. Après le début de la guerre ses parents l'envoient en Suisse. Elle retourne à Toulon et entre au Conservatoire. Elle débute ensuite dans de petits rôles au théâtre avant de faire de la télévision avec Claude Barma. Dès 1963 elle est au cinéma aux côtés de De Funès. Elle enchaine alors les comédies avec Lautner et Yves Robert. A partir des années 1980 et à la suite de problèmes de santé elle réoriente sa carrière. Une réalisation en 1989 et des séries télé ainsi que des reportages.

    ma sélection:
    Les barbouzes (1964) de Georges Lautner, avec Lino Ventura
    Ne nous fâchons pas (1966) de Georges Lautner, avec Lino Ventura
    Les seins de glace (1974) de Georges Lautner, avec Alain Delon
    Le téléphone rose (1975) de Édouard Molinaro
    Les cœurs brûlés (1992-TV) de Jean Sagols, avec Michel Duchaussoy

    filmographie (50)

  • Maggie Smith (1934)

    Elle est née le 28 décembre 1934 à Ilford. Elle étudie l'art dramatique à Oxford et débute en 1956 à New-York. Elle entre ensuite à l'Old Vic Theatre de Londres où elle joue Shakespeare puis Ionesco, Ibsen. Ensuite ce sera Tchekhov et Oscar Wilde. Elle aborde le cinéma dès 1958. Elle tournera sous la direction de Anthony Asquith, Jack Clayton, Mankiewicz, George Cukor et obtient un Oscar pour California hotel de Herbert Ross. Enfin à la télévision où elle a débuté très jeune elle revient dans la série Downton Abbey.

    Vue pour la première fois dans Guêpier pour trois abeilles j'ai appris à la connaître et à l'apprécier à la sortie de Chambre avec vue (1985)

    ma sélection:
    Guêpier pour trois abeilles (1967) de Joseph L. Mankiewicz, avec Rex Harrison
    Voyage avec ma tante (1972) de George Cukor, avec Alec McCowen
    Mort sur le Nil (1978) de John Guillermin, avec Bette Davis et Peter Ustinov
    Chambre avec vue (1985) de James Ivory, avec Helena Bonham-Carter et Judi Dench
    Sister act (1992) de Emile Ardolino, avec Whoopi Goldberg
    Gosford park (2001) de Robert Altman, avec Michael Gambon
    Les dames de Cornouailles (2004) de Charles Dance, avec Judi Dench et Daniel Brühl
    Downton Abbey (2010-2015 TV) de Julian Fellowes, avec Hugh Bonneville et Penelope Wilton
    Indian palace (2011) de John Madden, avec Penelope Wilton et Judi Dench

    filmographie (49)

  • Jerry Lewis (1926-2017)

    De son vrai nom Daniel Levitch, Jerry Lewis est né le 16 mars 1926 à Newark (état du New Jersey). L'acteur comique s'associe à Dean Martin à la fin des années 1940. En 1949 il débute au cinéma, se séparant de son partenaire en 1956. Il réalise son premier film en 1960 (Le dingue du palace). Il engage Bill Richmond et Milton Berle. Par la suite, il saura s'entourer de grands acteurs (Judith Anderson, Kathleen Freeman, George Raft, Agnes Moorehead, Peter Lorre, John Carradine) pour lui donner la réplique.

    ma sélection:
    Artistes et modèles (1955) de Frank Tashlin, avec Dean Martin et Shirley MacLaine
    Le kid en kimono (1958) de Frank Tashlin, avec Suzanne Pleshette
    Le dingue du palace (1960) de Jerry Lewis, avec Milton Berle
    Le tombeur de ces dames (1960) de Jerry Lewis, avec Kathleen Freeman
    Docteur Jerry et mister love (1963) de Jerry Lewis, avec Stella Stevens
    La valse des pantins (1983) de Martin Scorsese, avec Robert de Niro

    filmographie (48)

  • Jeanne Moreau (1928-2017)

    Elle est née à Paris le 23 janvier 1928. C'est la fille d'un gérant de brasserie originaire de l'Allier et d'une danseuse anglaise. Elle passe son enfance à Vichy et termine ses études à Paris. Elle suit déjà des cours de théâtre et, en 1946, entre au Conservatoire national supérieur d'art dramatique. Première apparition au festival d'Avignon en 1947. Entrée à la Comédie française, elle la quitte en 1952 pour rejoindre le TNP de Jean Vilar. Premier rôle au cinéma en 1950. Elle tourne alors avec Richard Pottier. Ensuite ce seront Jacques Becker, Jean Dréville puis Louis Malle et Roger Vadim. Les récompenses arrivent avec Moderato cantabile de Peter Brook. Elle tourne également avec Antonioni, Losey, Orson Welles, Jacques Demy, François Truffaut. Après Jules et Jim elle commence une carrière de chanteuse. Elle rencontre Bunuel, Bertrand Blier, Téchiné, Fassbinder, Theo Angelopoulos, Wim Wenders. Elle réalise elle-même deux films en 1976 et 1979. Mariée deux fois (Jean-Louis Richard et William Friedkin) elle a eu des liaisons avec Pierre Cardin, Louis Malle, Tony Richardson, réalisateur et Raoul Lévy, producteur.

    ma sélection:
    Cinq femmes marquées (1960) de Martin Ritt, avec Silvana Mangano
    La baie des anges (1963) de Jacques Demy, avec Claude Mann
    Viva Maria (1965) de Louis Malle, avec Brigitte Bardot
    La mariée était en noir (1968) de François Truffaut, avec Michel Bouquet
    Une histoire immortelle (1968) d'Orson Welles
    Mille milliards de dollars (1982) d'Henri Verneuil, avec Patrick Deweare
    Le miraculé (1987) de Jean-Pierre Mocky, avec Michel Serrault et Jean-Poiret
    Cet amour-là (2002) de Josée Dayan

    filmographie (47)

  • Rosamund Pike

    Elle est née dans le quartier d'Hammersmith (Londres) en 1979 et commence par jouer au théâtre. On la voit à la télévision dès 1998. Elle débute au cinéma avec Meurs un autre jour, le dernier James Bond de Pierce Brosnan. En 2005 elle rejoint l'équipe du tournage de Orgueil et préjugés et renoue avec les rôles de méchante dans Gone girl (2014).

    ma sélection:

    Meurs un autre jour (2002) de Lee Tamahori, avec Pierce Brosnan
    Orgueil et préjugés (2005) de Joe Wright, avec Keira Knightley
    Une éducation (2009) de Lone Scherfig, avec Carey Mulligan
    Gone girl (2014) de David Fincher, avec Ben Affleck

    filmographie (46)

  • L'interview

    C.H. Tu es parisien?

    Michel LAURENT Depuis 1988. Avant je vivais à Toulouse où j'ai fait mes études. J'y suis resté presque sept ans. Ensuite j'ai séjourné dans la banlieue d'Aix-en-Provence, aux Milles. Ça m'a permis de découvrir Marseille et une partie de la côte avec les calanques, la Sainte Victoire, la Sainte Baume et les îles du Frioul.

    C.H. Tu es arrivé en 88 alors?

    Michel LAURENT Pour travailler, oui. Je serais bien resté à Toulouse mais financièrement ce n'était plus possible. J'ai passé un concours et je suis arrivé en juillet. Le 11 très exactement. Le 14 j'étais dans une tribune en bas des Champs-Elysées pour voir le défilé des troupes.

    C.H. Tu aimes les parades militaires?

    Michel LAURENT Non pas du tout. Mon premier poste étant au Louvre j'ai eu cette invitation. Le début a été plutôt une immersion qu'une confrontation au travail. Je me souviens que le premier jour j'ai été convié à une exposition sur le Palais-Royal que lui consacrait le musée Carnavalet.

    C.H. Tu as été plongé dans la culture?

    Michel LAURENT La Culture avec un grand C. Mon bureau était situé au premier étage du Service Départemental d'Architecture des Monuments Historiques, au pavillon Mollien. Je partageais mon bureau avec l'architecte qui s'occupait du Louvre. Moi j'avais en charge le petit entretien du Palais-Royal, de la Sainte-Chapelle...et de la Conciergerie.

    C.H. C'est là où Marie-Antoinette a été enfermée juste avant son exécution?

    Michel LAURENT Comme des centaines d'autres personnes pendant la Révolution. D'ailleurs avec l'approche du bicentenaire il y a eu des travaux. Une chapelle a été restituée avec son décors d'origine et la cellule de Marie-Antoinette a été mise en scène. Le peintre David qui l'a vue passer sur une charrette alors qu'elle allait à son exécution, en a fait un croquis.

    C.H. Comment était sa cellule?

    Michel LAURENT Décorée avec du papier peint à fleurs de lys déchiré, un paravent. Un geôlier se tenait en permanence à l'intérieur et il y avait une grosse porte en bois qui doit toujours être là. Je n'aimais pas les mannequins de cire. La véritable cellule était à l'emplacement de la buvette des magistrats. Avec le déplacement du Palais de justice porte de Clichy on pourra peut-être bientôt restituer le véritable lieu.

    C.H. Comment es-tu passé au théâtre?

    Michel LAURENT Peut-être à cause de la proximité de la Comédie française au Palais-Royal. Je circulait sur le toit mais aussi là où il fallait intervenir: les loges et la salle de répétition sous les colonnes de Buren.

    C.H. Il y a une salle de répétition?

    Michel LAURENT Oui il y a une scène qui est la réplique de celle de la salle Richelieu. Elle a été conçue en même temps que les colonnes et le mécanisme des fontaines. Le jour où j'ai été appelé on répétait La vie de Galilée mise en scène par Antoine Vitez. Le bruit des pompes gênait les comédiens. Lorsque je suis arrivé tout le monde s'est arrêté de travailler. En intervenant j'ai eu la frustration de ne pas les voir répéter.

    C.H. Tu t'es mis à écrire pour le théâtre?

    Michel LAURENT En 2000 j'avais l'opportunité d'être lu. J'ai fait une première tentative suivie d'une lecture de la pièce avec des comédiens. J'ai beaucoup appris à ce moment. D'abord je n'avais pas assez travaillé mon texte. Il manquait la motivation des personnages. Tout ça était assez mauvais et puis j'étais incapable de dominer mon sujet. J'ai immédiatement enchaîné avec l'écriture d'une seconde pièce sur la folie. J'étais attiré par ce sujet mais je voulais l'aborder de manière ludique.

    C.H. Que s'est-il passé?*

    Michel LAURENT J'ai arrêté l'écriture à mi-chemin. Cette histoire était entièrement basée sur des personnages d'Hergé. Il fallait probablement une autorisation des héritiers. Quant aux droits des albums ils avaient tous été achetés par Spielberg des années auparavant. Bien avant qu'il ne réalise son film en motion capture.

    C.H. Tu t'intéressais à ce réalisateur?

    Michel LAURENT Je lui ai adressé le synopsis de l'opus 4 des aventures d'Indiana Jones. J'avais demandé à un ami de m'aider à traduire les deux pages que j'ai envoyées. Quand son film est sorti je tremblais. Je n'avais pas protégé mon sujet. De toute façon il a fait quelque chose de complètement différent. Moi je débutais l'histoire avec l'Arche de Noé et l'histoire continuait en Hongrie pendant la Guerre froide. J'avais tenu compte du vieillissement du personnage. Nous n'étions plus pendant la Seconde Guerre mondiale mais en 1956.

    C.H. Et Jules Verne?

    Michel LAURENT C'est une passion venue de l'enfance. Le moment où on lit Voyage au centre de la terre et Michel Strogoff est le plus merveilleux. Il ne m'a jamais quitté même si je l'ai délaissé. Et puis il y a eu cette idée de roman.

    C.H. Nous parlions d'une pièce sur Jules Verne?

    Michel LAURENT Oui mais à l'origine il y a un roman. Il est inachevé bien qu'il ne reste que quelques chapitres à revoir. C'est à ce moment de l'écriture que j'ai été sollicité pour ce projet de spectacle autour des lettres. Dans le roman il y a des lettres. Elles servent de charpente au roman. la pièce montre l'évolution des rapports entre Jules Verne et Emma, la lectrice qu'il ne connaît pas encore et qui rêve de le rencontrer. Elle y parvient mais...je ne voudrais pas tout dévoiler. Il faut lire la pièce.

    C.H. Tu veux dire la voir?

    Michel LAURENT J'aimerais bien qu'elle soit montée. Pour le moment elle n'est même pas lue. Je crois que plus personne n'a le temps de lire. Alors je me dis qu'il y a peut-être quelqu'un que ça intéresse en Amérique ou au pays de Galles.

    C.H. Pas en France?

    Michel LAURENT Ce sont plutôt les anglo-saxons qui montent des projets de films sur Jules Verne. Il n'y a qu'à voir le dernier Tour du monde en 80 jours avec Jacky Chan. Ils ont mis Cécile de France juste pour le clin d'oeil.

    C.H. Il y a tout de même une pièce, Le tour du monde en 80 jours, jouée encore récemment.

    Michel LAURENT C'est bien la seule!

    C.H. Que peut-on espérer pour toi?

    Michel LAURENT Que la pièce soit montée bien sûr!

    C.H. Tu peux rappeler le titre?

    Michel LAURENT Lettres à Jules Verne.

    C.H. Merci. On se reparle bientôt?

    Michel LAURENT Avec plaisir!

  • Omar Sharif (1932-2015)

    acteur-omar-sharif-13198417.jpgOmar Sharif est né à Alexandrie. Il entre au Collège britannique, étudiant les mathématiques et le français (entre autre langue). Après l’obtention de son diplôme à l'université du Caire il travaille pendant cinq ans dans l'entreprise de son père puis il part à Londres, à l'Académie d'art dramatique. En 1954 il débute au cinéma sous la direction de Youssef Chahine -il tourne alors 26 films en Égypte, épouse la star de l'époque, Faten Hamana avec qui il a eu un fils, Tarek en 1957. Il entame dès 1956 une carrière internationale avec La châtelaine du Liban et acquiert un début de notoriété avec Lawrence d'Arabie (1962). Pour Le docteur Jivago (1965) il obtient un Golden Globe. Il ne cessera de tourner, jusqu'à l'année de sa mort. Les conquêtes, réelles ou supposées, sont nombreuses, et sa passion du jeux réelle.

    ma sélection:

    Lawrence d'Arabie (1962) de David Lean, avec Peter O'Toole
    Le docteur Jivago (1965) de David Lean, avec Julie Christie
    Mayerling (1968) de Terence Young, avec Catherine Deneuve et Ava Gardner
    Funny girl (1968) de William Wyler, avec Barbra Streisand
    L'île mystérieuse (1973-tv) de Juan Antonio Bardem et Henri Colpi, avec Philippe Nicaud
    Mayrig (1991) de Henri Verneuil, avec Claudia Cardinale

    filmographie (45)

  • Roger Dumas (1932-2016)

    R.Dumas.jpgRoger Dumas est né en 1932 à Annonay. Il commence au théâtre en 1954 et épouse Marie-Josée Nat. Ils resteront mariés un an seulement. Au cinéma il multiplie les seconds rôles.

    ma sélection:

    Signé Arsène Lupin (1959) de Yves Robert, avec Robert Lamoureux
    L'homme de Rio (1963) de Philippe de Broca, avec Jean-Paul Belmondo
    Tendre poulet (1977) de Philippe de Broca, avec Annie Girardot
    L'antichambre (2008-théâtre) de J.C. Brisville, avec Danièle Lebrun
    filmographie (44)

  • Michel Galabru (1922-2016)

    Il est né au Maroc d'un père ingénieur. Il passe sept ans à Safi puis déménage pour l'Hérault. Attiré par le football il va faire des études à Paris. Réquisitionné pour le Service du Travail Obligatoire il part en Autriche puis en Yougoslavie. Il prépare le Conservatoire puis entre à la Comédie française pour jouer les classiques (1950). En 1951 il débute également au cinéma pour une carrière ininterrompue jusqu'à 2015. Il obtient le César du meilleur acteur en 1977 pour Le juge et l'assassin.

    Même si Le gendarme de Saint-Tropez est un film qui recueille toujours beaucoup d'audiance, ce serait lui faire un plus grand honneur de rediffuser le film de Tavernier pour lequel il a été récompensé ou bien celui réalisé par Aleksandar Petrovic où il joue aux côtés de Romy Schneider.

    ma sélection:

    Le gendarme de Saint-Tropez (1964) de Jean Girault, avec Louis de Funès
    Le viager (1971) de Pierre Tchernia, avec Michel Serrault
    Les gaspards (1974) de Pierre Tchernia, avec Philippe Noiret et Michel Serrault
    Le chasseur de chez Maxime (1976) de Claude Vital, avec Jean Lefebvre
    Portrait de groupe avec dame (1976) de Aleksandar Petrovic, avec Romy Schneider
    Le juge et l'assassin (1976) de Bertrand Tavernier, avec Philippe Noiret
    La cage aux folles (1978) de Édouard Molinaro, avec Michel Serrault
    Subway (1985) de Luc Besson, avec Isabelle Adjani
    Uranus (1990) de Claude Berri, avec Gérard Depardieu

    filmographie (40)


  • Harvey Keitel

    Harvey Keitel est né le 13 mai 1939 à Brooklyn, New York. Il suit une formation à l'Actor's studio puis débute sa carrière avec le réalisateur Martin Scorsese (Mean Streets, 1973; Taxi driver, 1976). Il travaille avec une série d'auteurs dans des styles très différents (Altman, Alan Rudolph, Ridley Scott) et tourne même en Europe (Tavernier, Scola). Sa carrière est émaillée de rencontres (Ferrara, Jane Campion) et de récompenses nombreuses (entre autres pour Thelma et Louise, Reservoirs dogs, Smoke)

    ma sélection:

    Les duellistes (1977) de Ridley Scott, avec Keith Carradine

    Sister act (1992) de Emile Ardolino, avec Whoopi Goldberg

    Bad lieutenant (1992) de Abel Ferrara

    La leçon de piano (1993) de Jane Campion, avec Holly Hunter

    Smoke (1995) de Wayne Wang, avec William Hurt

    Youth (2015) de Paolo Sorrentino, avec Michael Caine et Jane Fonda

    filmographie (38)

  • Marcel Dalio (1899-1983)

    Dalio est né à Paris dans le 5ème arrondissement. Il fait du cabaret et participe à des revues de music-hall. Au début des années 1930 il se tourne vers le cinéma et travaille avec Renoir. Il épouse alors Jany Holt (1936) et divorce (1939). Il s'enfuit avec sa seconde épouse au Portugal. Ils se retrouvent au Canada après une histoire de faux visas pour le Chili. Bientôt il se retrouve à Hollywood, d'abord dans des films mineurs puis dans Casablanca et Le port de l'angoisse. Pour lui ce sera le début d'une longue carrière de seconds rôles dans des films prestigieux. Il revient toutefois en France et parce qu'il n'aime pas les rôles qu'on lui propose, des rôles de fou, il persiste à jouer à Hollywood.

    ma sélection:

    La règle du jeu (1939) de Jean Renoir, avec Paulette Dubost

    Shanghai gesture (1941) de Joseph von Sternberg, avec Victor Mature et Gene Tierney

    Casablanca (1942) de Michael Curtiz, avec Humphrey Bogart et Ingrid Bergman

    Le port de l'angoisse (1944) de Howard Hawks, avec Humphrey Bogart et Lauren Bacall

    Black jack (1950) de Julien Divivier, avec George Sanders et Agnes Moorehead

    Cartouche (1962) de Philippe de Broca, avec Jean-Paul Belmondo

    filmographie (36)

  • Une rencontre avec Lauren Bacall

    Des invitations avaient étaient lancées à la suite d'une réunion autour de la Fête du cinéma. Les carnets d'adresses étaient bien fournis, ils avaient permis à un certain nombre de personnalités du cinéma de se déplacer. De mon côté j'avais la ferme intention de participer à la fête, aussi le soir de la réception je me mêlais aux invités alors qu'ils commençaient à arriver. L'assistance n'était pas encore très fournie lorsque je vis arriver une attaché de presse en compagnie de...Lauren Bacall. Cette dernière, assez grande et d'une suprême élégance dans un juste-au-corps dont le tissu imitait la peau de lézard, s'approcha et jeta son dévolu sur notre petit comité:"Où sont les antiquaires? lança-t-elle en manière d'introduction avec un délicieux accent et une belle assurance dans la voix. Je croyais défaillir au moment de donner la réplique à la veuve de Bogart. "Un peu partout" répondis-je, accompagnant ma réponse d'un large geste. Mes compagnons de soirée ne savaient manifestement pas de qui il s'agissait mais elle s'était déjà éloignée afin de distiller plus loin un peu de son charme irrésistible. C'était en juin 1991 dans les jardins du Palais royal, à Paris.

  • Robin Williams (1951-2014)

    Robin Mc Laurin Williams est né à Chicago. Il étudie le théâtre à Juilliard. Il est remarqué par Garry Marshall lors d'une audition. A partir de 1978 il reprend le rôle d'un extra-terrestre. En 1980 il débute au cinéma avec Robert Altman. Il obtient enfin l'oscar pour un second rôle en 1998 (Will Hunting)

    ma sélection:

    Le cercle des poètes disparus (1989) de Peter Weil, avec Ethan Hawke

    Madame Doubtfire (1993) de Chris Columbus, avec Sally Field

    Jumanji (1995) de Joe Johnston, avec Bonnie Hunt

    Will Hunting (1997) de Gus van Sant, avec Matt Damon

    Insomnia (2002) de Christopher Nolan, avec Al Pacino

    filmographie (33)

  • Mike Leigh croque Turner

    Mike Leigh, Palme d'or 1996, présentait hier son nouveau film sélectionné à Cannes, Mr Turner. Le peintre y est interprété par Timothy Spall, vie de passion entre une femme et une servante, admirablement photographié et interprété, dit-on à Cannes.

    ma sélection:

    Secrets et mensonges (1996) avec Brenda Blethyn

    Vera Drake (2004) avec Imelda Staunton

    Another year (2010)

    filmographie (32)

  • ...et Nicole Kidman danse avec Lambert Wilson

    Hier soir je me suis précipité pour essayer de voir quelques images de la cérémonie d'ouverture du Festival de Cannes, tentative retardée parce que je ne recevais plus Canal+. Après reconfiguration de mon décodeur TNT j'ai enfin eu l'image...interview de Lambert Wilson perturbée par les intermittents du spectacle (incident vite masqué par la rediffusion d'images de la cérémonie où l'on voit Lambert Wilson inviter Nicole Kidman à danser dans sa travée, au milieu de l'assistance des festivaliers, et voilà le tour est joué!)

    ma sélection croisée:

    Cinq jours ce printemps-là (1982) de Fred Zinnemann, avec Sean Connery

    Rendez-vous (1985) de André Téchiné, avec Juliette Binoche

    Hiver 54 (1989) de Denis Amar, avec Claudia Cardinale

    Horizons lointains (1992) de Ron Howard, avec Tom Cruise

    Prête à tout (1995) de Gus van Sant, avec Matt Dillon

    On connait la chanson (1997) de Alain Resnais, avec Sabine Azéma

    Eyes wide shut (1999) de Stanley Kubrick, avec Tom Cruise et Sydney Pollack

    Les autres (2001) de Alejandro Amenabar, avec Christopher Eccleston

    The hours (2002) de Stephen Daldry, avec Miranda Richardson et Meryl Streep

    Retour à Cold Mountain (2003) de Anthony Minghella, avec Jude Law

    La princesse Montpensier (2010) de Bertrand Tavernier, avec Mélanie Thierry

    Des hommes et des dieux (2010) de Xavier Beauvois, avec Michael Lonsdale

    filmographies (30 et 31)

  • Victor Lanoux

    Né le 18 juin 1936 à Paris, il est envoyé dans la Creuse où il reste jusqu'à ses 11 ans. Il occupe tour à tour les emplois d'ouvrier spécialisé et de parachutiste puis il devient machiniste aux studios de Boulogne où il suit le tournage de Notre-Dame de Paris. A partir de 1961 il fait du cabaret aux côtés de Pierre Richard. Il passe par le TNP et écrit lui-même deux pièces de théâtre. il sera également producteur sur plusieurs films. Sa carrière de cinéma débute en 1953 puis il joue pour la télévision à partir de 1961. De 1998 à 2014 il interprète Louis la brocante durant 44 épisodes.

    ma sélection

    Cousin, cousine (1975) de Jean-Charles Tacchela, avec Marie-Christine Barrault

    Une femme à sa fenêtre (1976) de Pierre Granier-Deferre, avec Romy Schneider

    Un éléphant ça trompe énormément (1976) de Yves Robert, avec Claude Brasseur et Jean Rochefort

    La carapate (1978) de Gérard Oury, avec Pierre Richard

    Canicule (1984) de Yves Boisset, avec Lee Marvin

    Le lieu du crime (1986) d'André Téchiné, avec Catherine Deneuve

    filmographie (29)

  • Mickey Rooney (1920-2014)

    De son vrai nom Joseph Yule Jr, il nait le 23 septembre 1920 à Brooklyn, New York. Il commence très tôt sa carrière et adolescent, il joue déjà aux côtés de Judy Garland dans des films musicaux dirigés par Busby Berkeley. En 1942 il épouse Ava Gardner en première noce, il renouvellera l'expérience du mariage six fois. De part sa nature joviale Mickey Rooney aura su prolonger une carrière d'une extrême longévité dans des styles très divers au cinéma.

    ma sélection:

    Capitaine courageux (1937) de Victor Fleming, avec Spencer Tracy

    Débuts à Broadway (1941) de Busby Berkeley, avec Judy Garland

    Les ponts de Toko-Ri (1955) de Mark Robson, avec William Holden

    Diamants sur canapés (1961) de Blake Edwards, avec Audrey Hepburn

    Un monde fou, fou, fou, fou (1963) de Stanley Kramer, avec Spencer Tracy et Terry-Thomas

    L'étalon noir (1979) de Carroll Ballard, avec Teri Garr

    filmographie (28)

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu