2017

Avertir le modérateur

Toute passion abolie

59079320_p.jpg

L’histoire s’ouvre sur le portrait et la mort d’un très vieil aristocrate anglais ; on comprend que ce ne sera pas un roman comme les autres. Portrait puis éloge du défunt mari nous amènent tout naturellement au portrait de lady Slane puis à la peinture de ses enfants, tous d’un âge avancé et tous antipathiques. Contre toute attente la vieille dame refuse d’accepter ce qu’on a prévu pour elle. Depuis tant d’années n’a-t-elle pas fait exactement ce que lui demandait son mari. Maintenant elle décide seule et quitte la maison devenue trop grande. Elle ne va pas vivre chez ses enfants, ils l’exaspèrent, mais seule, avec sa domestique française elle part s’installer à Hampstead Heath.

Le propriétaire semblait attendre cette locataire de dernière heure. Il s’en fait une amie. Elle acceptera de recevoir avec autant de plaisir l’entrepreneur chargé d’aménager cette demeure et de la rendre plus confortable. Ces deux messieurs viennent lui rendre visite jour après jour, jusqu’à l’arrivée d’un homme qu’elle a croisé autrefois en Inde. Elle avait effacé de sa mémoire l’histoire qui a failli naître entre eux. Avec ce roman Vita Sackville-West, dont Virginia Woolf fait l’éloge, c’est une peinture incisive de l’ère victorienne qui nous est proposée. La veuve se débarrasse d’un carcan désormais trop lourd à porter. La femme, surtout lorsqu’elle se sent artiste, trouve la force de repousser ce fatras d’obligations pour vivre enfin en femme libre.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu