Avertir le modérateur

  • Journal, 7

    antichambre.jpgVendredi 13 juin 2008

    Chr. m'avait demandé de choisir une pièce de théâtre parmi les spectacles encore à l'affiche. J'ai cité L'antichambre un peu au hasard. D. était d'accord, elle a pris cinq places pour ce soir au théâtre Hébertot. Je n'avais rien vu depuis la mise en scène de Patrice Leconte (Confidences trop intimes). Avec L'antichambre je retrouve le siècle des Confessions de Rousseau que je viens de terminer. Plaisir immédiat de cette simple présence des comédiens sur scène. A travers le beau texte de Jean-Claude Brisville, la lumière, les costumes et la mise en scène, un bonheur d’une autre nature apparaît. J'écoute Danièle Lebrun (chère baronne de Saint-Gély, dans Vidocq) Roger Dumas et Sara Biasini. Trois personnages pour un texte qui nous transporte sous Louis XV, dans les salons littéraires parisiens. La soirée passe le temps d'un soupir - souvenir du visage fermé de la Du Deffand (Danièle Lebrun) dont le personnage incarne à la fois la cécité et l'absence totale de sentiment -

  • Journal, 6

    !B2W(GRQBWk~$(KGrHqR,!hgE)7+cTfR4BMiJUDhPNQ~~_35.jpg 

    Mercredi 21 mai 2008

    Déjeuné à midi sept (notre ancien horaire) avec C. au Petit Picard, comme autrefois. Il me présente monsieur P., ancien responsable de la cinémathèque de Beaubourg et organisateur du Festival de La Rochelle. Sont également présents monsieur C., J. et I. Monsieur P. est dans un de ses mauvais jours. Il vient d'apprendre que sa maison du Portugal a été cambriolée. J'hésite à lui parler et me contente de manger. Je finis tout de même par évoquer devant lui l'année du Festival (de La Rochelle) où est venue Mélina Mercouri, un de ses très bons souvenirs. Il était allé l'accueillir à la gare. Le lendemain, les photos furent exposées dans la Coursive. La conversation roule ensuite sur Arturo Ripstein et Robert Bresson. On parle également de Manoel de Oliveira. Je dois quitter la table trop tôt à mon goût. Remercié C. qui m'a invité.

  • Journal, 5

    clocher_saint_tropez[1].jpg21 février 2008

    Je parcours une série d’articles consacrés à Françoise Sagan. Je me revois assis au bord de l’eau, à St Tropez, lisant une description qu’elle avait faite de la côte, probablement rédigée à l’endroit même où nous nous trouvions.

  • Journal, 4

    proust-par-jacquesemile-blanche.jpgDimanche 4 novembre 2007

    En quittant Brezolles, nous prenons la direction du sud, c’est avec la vague idée qu’un hameau du nom de Illiers-Combray comporterait peut-être quelques vestiges proustiens. Dans le cas contraire, la campagne aux immenses champs labourés, aux forêts rousses, serait une douce compensation. Mais aux abords du village, la première impression vient des silos agricoles disgracieux. Silhouette massive de cathédrale grise dominant les premières habitations. Les petites maisons serrées l’une contre l’autre, aux encadrements de briques, ne diffèrent pas de celles des villages alentours. Un panneau mentionnant La maison de tante Léonie nous conforte dans l’idée que nous ne sommes pas venus pour rien. Nous entrons dans le jardin d’une petite maison bourgeoise puis, par la gauche, dans une sorte d’atelier où est installé le comptoir de vente des billets. La première salle de l’exposition, la moins intéressante, présente des copies de lettres et de vieux ouvrages (dont les Mémoires de Saint Simon). On pénètre ensuite dans la maison. La cuisine, lieu de travail d’Ernestine Gallou (un des modèles de Françoise de A la recherche…) succède aux salons du rez-de-chaussée. Avec son torchon accroché à la porte du placard et son cabas posé sur une chaise près de la cuisinière en fonte, la maison vit. Les pièces de nuit sont à l’étage, nous montons, et au fond à gauche, trouvons la chambre de Marcel, juste en face de celle de sa tante. Lit simple avec une alcôve encadrée de courtine blanche, des placards dérobés, une lanterne magique. Le grenier est transformé en salle d’exposition. Je suis attiré par les photos de ses contemporains : Zola, Reynaldo Hahn, la comtesse Greffulhe, modèle de madame de Guermantes (...)

  • Journal, 3

    Vendredi 14 septembre 2007

    C. m’a affirmé et répété que Léo Malet était un pauvre hère et qu’il vivait dans une HLM (où il l’avait rencontré). A la page 206, soit la journée du 9 juin 1983 il écrit : « Je dispose de 38 millions plus 6 que me doit Muet, plus environ 5 que me doit Le Fleuve. Total : une cinquantaine de briques ». C. s’est fié aux apparences et s’est laissé berner !

  • Journal, 2

    Mardi 11 septembre 2007 

    Téléphoné ce matin chez Michel Bouquet. Une dame charmante, probablement son épouse, a répondu en me demandant de rappeler ; ce que j’ai fait à 13h.

    Michel Bouquet décroche. Il est très pris – retour de Belgique où il a présenté L’avare qu’il doit jouer prochainement là-bas - Ce voyage l’a épuisé. Il me laisse entendre qu’il n’aura pas de temps à me consacrer pour un rendez-vous et commence à répondre par téléphone à la demande que je lui ai faite par courrier. Il me dicte les éléments de réponse comme ils lui viennent. Il parle essentiellement du cinéma muet, tout en admettant que son point de vue est radical.

  • Journal, 1

    Jeudi 6 septembre 2007 

    La lecture du journal secret de Léo Malet m’a décidé à rédiger quelques notes au jour le jour. J’espère m’y montrer moins déprimé que lui lorsqu’il prenait les siennes, il y a exactement vingt-cinq ans. J’ai pris le parti de ne développer que des thèmes qui m’importent et d’adopter une ligne de conduite que n’aurait pas renié François Truffaut : je choisirai un bon livre et un bon film chaque fois que cela sera possible. Je ne reviendrai au journal de Malet que si le parallèle me semble intéressant. Pour le moment je souris en découvrant des noms de journalistes et d’écrivains qui participent encore à l’actualité de 2007 (...)

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu