2017

Avertir le modérateur

  • Terre natale à l'Angl'Opéra

    1d9f22ba7b3adaa0a6875ce06c54f5fb.jpgAu 39 Avenue de l’Opéra, l’hôtel Edouard VII se fait discret. Passé le hall et son lustre façon cristal de Venise, l’Angl’Opéra apparaît derrière son rideau rouge. Le bar entièrement décoré de boiseries d’acajou est rehaussé de touches de couleurs : les vitraux à l’arrière du bar et des petites lampes bleues du comptoir. Les tabourets face au bar sont soigneusement alignés, alternant leurs couleurs. L’ambiance décontractée ne suffit pas à compenser les cocktails de jus de fruits. Le mien appelé Terre natale est fade. Quant au restaurant qui semble avoir affiché un menu végétarien, il ne me tente guère.

    39, avenue de l'Opéra, M° Pyramides

    (n°28)

    23 janvier 2008

    http://www.edouard7hotel.com/ 

  • Les confessions 1/2

    Jean-Jacques Rousseau est probablement le premier écrivain à pratiquer l’autofiction selon la définition de l’écrivain Serge Doubrovsky. Il rédige son autobiographie sans rien omettre des aspects intimes de son existence, il ne craint pas le ridicule et relate au plus près sa vie. Parfois il commet des erreurs involontaires dans la chronologie des évènements. Rousseau naît dans la Genève protestante en 1712 mais sa mère disparaît prématurément. Après une période d’apprentissage de la gravure où il préfère la lecture et les rapines au travail, il part pour l’Italie et se convertit au catholicisme. Il rencontre madame de Warens qui remplace en quelque sorte sa mère (il l’appellera Maman, en retour elle le nommera Petit). Après une série de voyages et des expériences diverses, il s’installe chez celle-ci. Elle partage alors son existence avec son apothicaire et va constituer avec Jean-Jacques un étrange ménage à trois. L’apothicaire meurt, Jean-Jacques qui a des problèmes de santé part faire une cure à Montpellier. Lorsqu’il revient, elle l’a remplacé dans son cœur par une sorte de bûcheron dont l’omniprésence finit par le faire fuir. C’est lors de son second voyage à Paris qu’il rencontre la noblesse de France et ses artistes. Sans ressources, il part pour Venise comme secrétaire de M. de Montaigu, ambassadeur de France. Leurs rapports se détériorent et Jean-Jacques quitte son emploi sans avoir été rétribué. L’inimitié de l’ambassadeur est compensée par l’excellente réputation dont il jouit alors.

    GF Flammarion 2003, livre I à VI, 423 pages 

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu