2017

Avertir le modérateur

A l'ombre des pins

medium_mourillon4.3.jpgLundi 30 juillet

Délaissant un Paris gris et pluvieux, me voilà de retour sur la Riviera (appelée Côte d’Azur depuis un roman de 1887 de Stephen Liégeard) A l’ombre des pins de la plage du Mourillon, je fixe l’entrée de la rade de Toulon, vaste étendue d’un bleu sombre, dentelée d’écume. La température de l’eau a chuté à cause du vent. Face à moi, la presqu’île de St Mandrier semble rajoutée dans le paysage telle une large main verte à la paume délicatement posée sur la ligne d’horizon. Le vent retombe, n’agitant plus les pins et les palmiers, et l’on entend les cigales et les rires des enfants courant sur l’herbe.

 

Commentaires

  • Très joli texte!Surtout pour un toulonnais qui, comme moi n'apprécie pas toujours comme il le faudrait ce qui l'entoure, paysages, et gens d'ici ou d'ailleurs.
    Et puis ça tombe bien cet été je reste chez moi!
    Mai là je reviens de Paris, oui il pleuvait un peu. Mais Paris en été est un plaisir que j'avais oublié, ajoutez à cela le Vélib entre deux crachins, et c'est le bonheur.
    Déambuler Paris à vélo pour un provincial qui n'a pas le sens de l'orientation est la garantie de découvrir des rues ( en descente principalement pour ce qui me concerne) et des sites originaux.
    Pour s'en convainv=cer et avant d'utiliser les vélos de Delanoe essayer le vélo électrique et la balade commentée de http://www.parischarmssecrets.com/ , un régal.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu