Avertir le modérateur

Journal de Paris

  • Compte-rendu du meet-up du 9 mai 2017

    Depuis la dernière fois j'ai lu Du Vésuve à l'Etna (1952) de Roger Peyrefitte, une balade en Italie digne des évocations de Stendhal. Je sais maintenant que le Vésuve est situé sur la côte ouest de la botte et l'Etna en Sicile.

    [8h05, tout le monde est à table]...t'as le droit de dessiner sur les bouquins?...quand je fais des paysages de nature...pléonasme...la montagne elle a pas besoin de ton dessin...tant que t'es vrai dans ta vision...ça m'éclate les trucs de perspective...Moi vivant vous n'aurez jamais de pauses [de Leslie Plée]...le jardin d'agronomie tropicale...dont j'ai raté la perspective de la maison...ça va Élisabeth? On t'ennuie pas?...deux pour le prix d'une, j'ai pas pu résister...Ravelry [le site où on fait du crochet]...il tricote le monde tel qu'il est...c'est dans mon sang, j'y peux rien...y'avait un groupe comme ça, c'était limite incestueux...Laure68!...avec Snow je crois...t'avais quel âge?...recueil de poèmes...ramène les ici...son studio donnait directement dans la rue...le bouquin traine quatre ans sur mon étagère -Les 1001 livres qu'il faut avoir lus dans sa vie, de Peter Boxall, 2012-...Le seigneur des guêpes [de Iain Banks, 1984]...The wasp factory [titre anglais du même ouvrage]...c'est une histoire qui tient absolument pas la route...bestioles poilues vert fluo [départ des Cmaupin]...explication et présentation de la collection Puffin books, collection pour enfants...il faut mettre des achats normalement...St-Michel Boulinier...près de la tour là...la puce népalaise elle est bridée...les cheveux qui grouillaient [une histoire de bague trouvée par terre est répétée devant moi à laquelle je ne comprends pas grand chose]...et les créatures mythologiques aussi...tu jouais un petit peu avec l'orthographe...et le livre avec des pattes c'est un animal?...qui soutenait réellement fondamentalement le FN...la confiture de fraise-rhubarbe ça passe mieux...moi j'ai été élevé à la confiture...viens chez moi on voit la tour Eiffel...genre street art...de ma fenêtre j'en vois 7 ou 8...c'est normal qu'y se fasse bouffer, oui, mais t'avais l'envers du décors...c'est une race où on pond les œufs en haut...y'en a quand même pas mal qui survivent...le truc qui rebondit sur les cailloux...c'est la théorie du gène égoïste...elle a pleuré en regardant Malibu [Alerte à Malibu, série]...c'est dur de faire de la course au ralenti...un numéro de cirque...[10h moins le quart]...j'ai même pas vérifié si y'avait des trains...des oreilles de Mickey...pas la sortie de Disneyland!

    [en présence de Mitch19, Elj, Laure69, Chlorine, Katalobonga, les Cmaupin, Maza, Mariesg, Vampcruci et Elisala]

  • L'interview

    C.H. Tu es parisien?

    Michel LAURENT Depuis 1988. Avant je vivais à Toulouse où j'ai fait mes études. J'y suis resté presque sept ans. Ensuite j'ai séjourné dans la banlieue d'Aix-en-Provence, aux Milles. Ça m'a permis de découvrir Marseille et une partie de la côte avec les calanques, la Sainte Victoire, la Sainte Baume et les îles du Frioul.

    C.H. Tu es arrivé en 88 alors?

    Michel LAURENT Pour travailler, oui. Je serais bien resté à Toulouse mais financièrement ce n'était plus possible. J'ai passé un concours et je suis arrivé en juillet. Le 11 très exactement. Le 14 j'étais dans une tribune en bas des Champs-Elysées pour voir le défilé des troupes.

    C.H. Tu aimes les parades militaires?

    Michel LAURENT Non pas du tout. Mon premier poste étant au Louvre j'ai eu cette invitation. Le début a été plutôt une immersion qu'une confrontation au travail. Je me souviens que le premier jour j'ai été convié à une exposition sur le Palais-Royal que lui consacrait le musée Carnavalet.

    C.H. Tu as été plongé dans la culture?

    Michel LAURENT La Culture avec un grand C. Mon bureau était situé au premier étage du Service Départemental d'Architecture des Monuments Historiques, au pavillon Mollien. Je partageais mon bureau avec l'architecte qui s'occupait du Louvre. Moi j'avais en charge le petit entretien du Palais-Royal, de la Sainte-Chapelle...et de la Conciergerie.

    C.H. C'est là où Marie-Antoinette a été enfermée juste avant son exécution?

    Michel LAURENT Comme des centaines d'autres personnes pendant la Révolution. D'ailleurs avec l'approche du bicentenaire il y a eu des travaux. Une chapelle a été restituée avec son décors d'origine et la cellule de Marie-Antoinette a été mise en scène. Le peintre David qui l'a vue passer sur une charrette alors qu'elle allait à son exécution, en a fait un croquis.

    C.H. Comment était sa cellule?

    Michel LAURENT Décorée avec du papier peint à fleurs de lys déchiré, un paravent. Un geôlier se tenait en permanence à l'intérieur et il y avait une grosse porte en bois qui doit toujours être là. Je n'aimais pas les mannequins de cire. La véritable cellule était à l'emplacement de la buvette des magistrats. Avec le déplacement du Palais de justice porte de Clichy on pourra peut-être bientôt restituer le véritable lieu.

    C.H. Comment es-tu passé au théâtre?

    Michel LAURENT Peut-être à cause de la proximité de la Comédie française au Palais-Royal. Je circulait sur le toit mais aussi là où il fallait intervenir: les loges et la salle de répétition sous les colonnes de Buren.

    C.H. Il y a une salle de répétition?

    Michel LAURENT Oui il y a une scène qui est la réplique de celle de la salle Richelieu. Elle a été conçue en même temps que les colonnes et le mécanisme des fontaines. Le jour où j'ai été appelé on répétait La vie de Galilée mise en scène par Antoine Vitez. Le bruit des pompes gênait les comédiens. Lorsque je suis arrivé tout le monde s'est arrêté de travailler. En intervenant j'ai eu la frustration de ne pas les voir répéter.

    C.H. Tu t'es mis à écrire pour le théâtre?

    Michel LAURENT En 2000 j'avais l'opportunité d'être lu. J'ai fait une première tentative suivie d'une lecture de la pièce avec des comédiens. J'ai beaucoup appris à ce moment. D'abord je n'avais pas assez travaillé mon texte. Il manquait la motivation des personnages. Tout ça était assez mauvais et puis j'étais incapable de dominer mon sujet. J'ai immédiatement enchaîné avec l'écriture d'une seconde pièce sur la folie. J'étais attiré par ce sujet mais je voulais l'aborder de manière ludique.

    C.H. Que s'est-il passé?*

    Michel LAURENT J'ai arrêté l'écriture à mi-chemin. Cette histoire était entièrement basée sur des personnages d'Hergé. Il fallait probablement une autorisation des héritiers. Quant aux droits des albums ils avaient tous été achetés par Spielberg des années auparavant. Bien avant qu'il ne réalise son film en motion capture.

    C.H. Tu t'intéressais à ce réalisateur?

    Michel LAURENT Je lui ai adressé le synopsis de l'opus 4 des aventures d'Indiana Jones. J'avais demandé à un ami de m'aider à traduire les deux pages que j'ai envoyées. Quand son film est sorti je tremblais. Je n'avais pas protégé mon sujet. De toute façon il a fait quelque chose de complètement différent. Moi je débutais l'histoire avec l'Arche de Noé et l'histoire continuait en Hongrie pendant la Guerre froide. J'avais tenu compte du vieillissement du personnage. Nous n'étions plus pendant la Seconde Guerre mondiale mais en 1956.

    C.H. Et Jules Verne?

    Michel LAURENT C'est une passion venue de l'enfance. Le moment où on lit Voyage au centre de la terre et Michel Strogoff est le plus merveilleux. Il ne m'a jamais quitté même si je l'ai délaissé. Et puis il y a eu cette idée de roman.

    C.H. Nous parlions d'une pièce sur Jules Verne?

    Michel LAURENT Oui mais à l'origine il y a un roman. Il est inachevé bien qu'il ne reste que quelques chapitres à revoir. C'est à ce moment de l'écriture que j'ai été sollicité pour ce projet de spectacle autour des lettres. Dans le roman il y a des lettres. Elles servent de charpente au roman. la pièce montre l'évolution des rapports entre Jules Verne et Emma, la lectrice qu'il ne connaît pas encore et qui rêve de le rencontrer. Elle y parvient mais...je ne voudrais pas tout dévoiler. Il faut lire la pièce.

    C.H. Tu veux dire la voir?

    Michel LAURENT J'aimerais bien qu'elle soit montée. Pour le moment elle n'est même pas lue. Je crois que plus personne n'a le temps de lire. Alors je me dis qu'il y a peut-être quelqu'un que ça intéresse en Amérique ou au pays de Galles.

    C.H. Pas en France?

    Michel LAURENT Ce sont plutôt les anglo-saxons qui montent des projets de films sur Jules Verne. Il n'y a qu'à voir le dernier Tour du monde en 80 jours avec Jacky Chan. Ils ont mis Cécile de France juste pour le clin d'oeil.

    C.H. Il y a tout de même une pièce, Le tour du monde en 80 jours, jouée encore récemment.

    Michel LAURENT C'est bien la seule!

    C.H. Que peut-on espérer pour toi?

    Michel LAURENT Que la pièce soit montée bien sûr!

    C.H. Tu peux rappeler le titre?

    Michel LAURENT Lettres à Jules Verne.

    C.H. Merci. On se reparle bientôt?

    Michel LAURENT Avec plaisir!

  • Meet-up du 11 avril 2017

    19h05. Je quitte Balard en métro. Personne ne lit dans la rame, ou presque. En route pour le meet-up du Petit Châtelet et je n'ai enregistré aucun livre pour ce soir. Je change à Concorde. Long couloir de correspondance. Essayer de ne pas ralentir avec le double flux qui circule à l'intérieur de ce boyau. Ligne 1. Dans la rame où je suis monté quelqu'un utilise une liseuse; lecture anonyme par excellence puisqu'on ne voit aucun titre, aucune couverture non plus. Notre lecteur descend à Palais-Royal. A Louvre vision de la statuette brune du scribe sur le quai.

    Petit Châtelet, 19h30. Le départ de Florence 71 coïncide avec mon arrivée. Laure69 se charge des commandes puis nous commentons le tract de Maître Michel, voyant sur la place de Paris [participation ce soir de Laure69, Katalobonga, Eidole, Maza, One team, one time, les Cmaupin, Vampcruci, Mitch19 et Elisala]. Les commandes sont passées, arrivée de Chlorine et Elj [Ils n'ont même pas fait semblant d'arriver séparément]...et après j'ai décidé que zut! [la véritable couleur des cheveux est trahie par l'éclairage zénithale des ascenseurs]...c'était comme quand t'avais la Guerre froide...des conneries méchantes, des enfants disparaissent...moi j'ai une aveyronnaise...des plans comme ça avec des fondus et des transitions de couleurs...le premier livre qu'il ait écrit directement en anglais [certains mangent]...vous mangez pas les enfants?...[deux Bové burger sont échangés]...complètement barge...la prochaine fois je prendrai peut-être un croque-monsieur...[Elj m'a apporté le DVD de Ragtime]...on peut gagner au premier tour...les votes exotiques...et Marc Lévy c'est pêchu?...y'avait l'eau derrière lui...avant c'était gauche bobo maintenant c'est gauche terroir...l'UPR c'est pas une centrale nucléaire?...40 ans c'est l'âge canonique...les symptômes de l'andropause..."debout les damnés de la terre"...vacances du mercredi au mardi...moi j'ai eu un accident de maillot de bain...[départ des Cmaupin]...la moitié du bouquin a pris la flotte dans le sac...[dévoilement des techniques de désodorisation des livres]...ça fait un an que j'ai pas bossé...[conversation autour de l’œuvre de Stevenson avant et après son départ pour le Pacifique]...c'est ce que j'appelle pain, beurre, confiture...le transsibérien depuis Moscou...c'était à 7 heures de vol...les gens y sont pas comme ça...et en plus c'est même pas en V.O....Je fais le mort [le film de J. P. Salomé qui m'a amusé hier soir].

  • Compte-rendu du meet-up du 14 mars

    Ce soir j'aurais dû être présent à ma réunion annuelle de copropriété. Au lieu de cela j'ai trouvé beaucoup plus intéressant de me rendre au meet-up du Petit Châtelet.

    Lorsque j'arrive One team-one time s'en va, il part pour le cinéma semble-t-il.

    ...c'est à rajouter sur la pile...elle en avait 10 000...je ne fais plus rien depuis la fin de l'année...Rockefeller a commencé sa fortune...elle a pas fini le titre non...longtemps j'avais réservé par le [incompréhensible]...c'est pas Babou qui l'avait...je lis pas ce genre de chose...j'écris pas les dialogues en anglais...celui-là je l'ai en français...la fille qui est...mais que tu voyais Katalobonga...à Noisy-le-Grand...y'a pas d'numéro on va en mettre...non mais Paul Auster c'est pas...Alexandre qui faisait circuler un tampon...j'ai reproduit...en version anglaise...les "j'aurai dû abandonner pourquoi j'suis arrivée au bout"...après il m'en restait un à lire...toi je peux pas t'aborder, c'est pas possible...tu fais quoi à Montauban?...c'est un truc un peu plus...je cherchais les noms des salades [c'est l'heure des assiettes de salades composées, historiques ou avec variantes]...elle a libéré quelques bouquins...c'était pas des gens âgés...[un ange passe mais je n'entends aucun battement d'aile]...fait pas ton délicat, t'es pas crédible...par la Mairie de Paris...pas lire des bouquins trop anciens...un bouquin en allemand épais comme ça [on imagine de gros livres évidés et remplis de bonbons; départ de Indy2012 et de Florence71]...tu étais au MBC de St Malo? [2007]...sur un tampon encreur sans enfoncer...les 60 livres que j'ai lus la semaine dernière [sic]...pour trouver aussi fort que Jack London et Edgar Poe je ne sais pas comment je vais faire [et alors je songe à Virginia Woolf]...c'est classé...même l'occase elle est classée...sur le blog, ah toujours fermé, merde!...libérer un livre sans l'avoir lu [nous ne sommes plus que cinq pour un débat autour de la science-fiction: qu'est-ce qui peut-être classé en science-fiction?]...21h47 [pour moi le signal du départ].

    en présence de One team, one time, Elj, Vampcruci, Indy2012, Laure69, Florence71, Emarmotte et Mitch19.

  • Cendres de cailloux de Daniel Danis au théâtre La Boussole

    Début 2016 j'ai assisté à une répétition de la pièce de Daniel Danis. Je ne pensais pas que j'allais attendre si longtemps avant de voir une représentation de Cendres de cailloux dans un théâtre parisien. C'est un univers fort quelquefois dérangeant que le théâtre québécois, et il a son charme. Le texte de Danis, particulièrement imagé, suggère une nature extrêmement présente, parfois même sauvage, à l'instar des personnages qui habitent son récit, sauvages et attachants.

    Cendres de cailloux, mise en scène Christian Bordeleau avec Solène Gentric, Franck Jouglas, Marie Mainchin et Philippe Valmont. Théâtre La Boussole, 29 rue de Dunkerque, 75010 Paris, M° Gare du Nord, jusqu'au 26 mars 2017 affiche-cendres-de-cailloux.jpg

  • Pages 89 à 91/92 de "365 fois", chronique du métro parisien

    Lundi 9 [359]
    20°C, ciel couvert. Peu de monde mais je suis très en retard. Je voyage assis, songeant à ce nouveau texte sur le cinéma, titre pressenti: Ma vie en cinémascope. L'histoire s'égrène en chapitres. Chacun d'eux est illustré par un film. J'avais ce projet en tête depuis fort longtemps. je n'avais pas encore trouvé l'angle d'attaque. Jivago, évidemment, Rebecca, Les aventuriers de l'arche perdue, La femme d'à côté etc. Il ne me reste plus qu'à rédiger en consultant la documentation, en revoyant les films et en évoquant les salles de cinéma disparues...
    ...aperçu sur le quai à Boucicaud cette chanteuse du métro à la voix étonnante (ligne 8)...ligne 3, on lit Les mangeurs de muraille [Sigrid et les Mondes perdus, tome 4, de Serge Brussolo, 1982] et on voyage debout.

    Mardi 10 mai [360]
    19°C, ciel couvert. Je n'aime pas courir dans les escaliers. J'ai volontairement laissé partir la rame, la suivante est deux minutes après...je monte, je lis Le tournant. 1929, Klaus Mann est à Venise. Sillonnant l'Europe frénétiquement il tente de fuir la montée du nazisme. Fez et l'expérience du hachich avec Erika. Fuite précipitée de leur hôtel en pleine nuit. Concert des grillons et des crapauds.
    ...22h, ligne 13, retour du bookcrossing. Encore à l'esprit les conversations sur la famille, les rapport avec le père et les enfances heureuses. Les caractères différents des enfants qui induisent des comportements différents des parents...et tout ce qui a été dit sur les livres -les polars italiens, les livres de S.F. inédits, les livres pour enfants comme cadeaux "subits"...nous avons mangé des chocolats et parlé de tant d'autres choses que seul peut-être le compte-rendu pourra l'avoir retenu. Personne ne semble connaître Klaus Mann (et surtout personne n'a lu Thomas Mann).

    Mercredi 11 [361]
    18°C, 9h30 passé. Je suis très en retard et oublie presque ce carnet. Je m'installe pour lire K. Mann, la montée du nazisme et son éloignement de S. Zweig, trop pacifiste à son goût. Je rate la correspondance de la 8 et c'est 4 minutes affichées ajoutées à mon retard. Je voyage alors à côté d'une femme énorme et toute à son téléphone. Son baragouinage ne m'empêche pas de songer à ma lecture -le noir mincit mais il y a des limites à son pouvoir!
    ...19h, Balard. Je mange un pain au chocolat en attendant le repas...à l'autre bout de Paris... portrait d'Hitler, mangeant lui aussi, page 338, à un mètre cinquante de K. Mann. Ce dernier ne peut détacher son regard de celui qui dévore tartelette aux fraises sur tartelette aux fraises, et dont le visage s'impose à lui comme empreint d'une incroyable laideur dans ce salon de thé de Munich où l'écrivain s'est réfugié à l'écart des SA et des SS (1932).

    jeudi 12 [362]
    En partant tard je suis presque assuré de trouver une place assise. Ça me permet d'aborder dans de meilleures conditions cette journée grise et humide. Reprise de ma lecture.
    ...18h30, ligne 8. SMS à monsieur A. qui m'avait promis de m'aider dans mes démarches auprès des éditeurs. Une proposition concrète serait la bienvenue (j'ai travaillé aujourd'hui sur la version 2 du dictionnaire mais également sur La Dame en rouge)...

  • Premier extrait de ma pièce "Lettres à Jules Verne" (pages 8 à 10)

    Emma Trébuchet

    1er mars 1885

    (...) la fenêtre de ma chambre ouvre sur un jardinet planté d'un figuier qui hésite encore à bourgeonner. Nous avons également un potager mais il ne nous donnera probablement que de maigres récoltes. A présent tout le monde va à petits pas pressés évitant les courants d'air. Nous nous calfeutrons, buvons des tisanes et jouons aux cartes des soirées entières.

    Jules Verne

    penché sur sa table

    A monsieur Hetzel...quatre chapitres que je considère à peu près achevés, ce qui donne pour le plan général un peu plus des deux tiers du roman. J'ai songé dès le début à prévoir une dédicace pour monsieur Dumas fils. Si vous ne l'aviez pas encore deviné, mon roman est un hommage au Monte-Cristo de Dumas père.

    Emma Trébuchet

    à elle-même
    7 mars

    Cher monsieur
    Depuis mon arrivée je ne rencontre pratiquement personne. J'ai toutefois fait la connaissance d'un monsieur Sandorf, luthier de son état. Il loge quelques maisons plus haut. Sur le rocher il doit bien être le seul à savoir jouer des instruments qu'il fabrique. Sandorf! Est-ce que vous ne trouvez pas ce nom étonnant? Ici tout le monde s'appelle Lenormand. Et si nous avons peu de voyageurs c'est probablement dû au fait que deux fois par jour le Mont devient une île.
    J'imagine la vie dans les pays du Sud, si j'y étais transportée miraculeusement. Les gens du Mont s'habillent de toiles tissées grossièrement, et de couleurs sombres.

    Emma sort de la malle une robe de mérinos bleue

    Je recommence à rêver à L'île Mystérieuse. Le livre que vous avez écrit et cette baie que domine le Mont y sont pour une bonne part. Je rêve mais je suis encore engourdie de tristesse.

    Jules Verne

    Il s'approche du miroir et rajuste sa cravate

    Je voudrais vous vanter les avantages de résider à Amiens et vous ne voudriez pas me croire aussi pour vous inciter à venir me rendre visite je me contenterai de reprendre les arguments avancés dans la Géographie illustrée de la France afin d'essayer un tant soit peu d'infléchir votre opinion. C'est une ville intéressante à visiter, nos promenades longent les cours d'eau et nos boulevards s'avèrent très ombragés. Quant à la bibliothèque, elle contient cinquante cinq mille livres et six cent manuscrits.
    Aujourd'hui 8 mars nous avons fait pour elle un grand bal costumé.

  • Page 33 à 35/92 de "365 fois", chronique du métro parisien

    Mardi 9 juin 2015 [146]
    Parti très en retard, après 9h35. Une place assise à la porte de Clichy, le trajet n'en sera que moins long.
    Hier soir lecture de "Lauren Baccall par moi-même": naissance du troisième enfant de Judy Garland mais cette dernière ne gagne pas l'Oscar pour Une étoile est née face à Grace Kelly qui l'emporte avec Une fille de la province [1954]
    21h50, sortie du Bookcrossing, quai de la ligne 13 à Champs-Élysées, trop fatigué pour lire. J'attends la rame avec impatience...trop fatigué pour réfléchir aussi, sauf peut-être pour relever le nom d'une pièce de théâtre qui m'intrigue: Coiffure et confidences d'un auteur anglo-saxon.

    Mercredi 10 [147]
    Parti à 8h30, c'est prendre le risque de voyager debout, et c'est ce qui arrive. Je peux m'asseoir juste pour deux stations.
    ...retour ligne 8. Chaleur, on lit Le pouvoir du moment présent [de Eckhart Tolle, 1997], on écoute de la musique.
    Le livre de Han Suyin a soulevé un problème auquel je n'avais pas songé: le thème de la neutralité des écrivains. Il est logique de songer à l'engagement, quel engagement? Quelle sincérité dans le propos? Est-ce qu'il ne s'agit pas juste de vendre? (Ça ce sont mes propres réflexions). Le style est un peu daté (Les quatre visages) il est toutefois révélateur d'une époque moderne (1963) déjà désenchantée.

    Jeudi 11 [148]
    20°C au départ. Beaucoup de monde sur la 13 et une place assise à partir de La Fourche. Émouvant récit de la maladie de Bogart, de l'opération (1956). On pressent l'inéluctable. La visite surprise de Huston dans la chambre d'hôpital, la convalescence puis l'anniversaire de Lauren (le 16 septembre) à Las Vegas en présence de Frank (Sinatra) mais sans Bogie. J'ai eu l'impression d'être malade moi-même.
    ...retour bousculé ligne 13. Un incident qui se termine et dont je ne connais pas l'origine.

    Vendredi 12 [149]
    14h25, 27°C, ligne 8. peu de monde. A Lourmel nous échappons aux effluves de la clocharde élégante, dans son registre de guenilles et qui a voyagé dans la voiture d'à côté. Même l'homme de ménage de la RATP n'a pas osé monter dans sa voiture.

    Lundi 15 [150]
    Ciel couvert, vers 9h10. Une place assise. Suffisant pour se replonger dans Les quatre visages.
    ...retour par la 8 jusqu'à Opéra. Peu de monde sur la ligne, du moins au début. Personne ne lit. Moi, j'aurais plutôt tendance à somnoler. Voyagé un moment avec une japonaise aux cheveux blonds platine. Celle qui la remplace, asiatique également, est brune. Elle lit un livre dont le début du titre semble être: La religion statistique...à moins que ce ne soit le titre du chapitre.

    Mardi 16 [151]
    9h25 passé lorsque je pars. Je rate le métro et c'est 6 minutes d'attente sur le quai. Je monte...je ne change jamais de place, sauf lorsque l'odeur est trop forte. J'attends la station suivante, porte de Clichy pour m'éloigner de ce voyageur qui finit par faire le vide autour de lui. Dans la voiture suivante beaucoup plus de monde bien sûr, pas de lecture.
    ...retour ligne 8 avec une foule flâneuse des fins d'après-midi.

    Mercredi 17 [152]
    20°C -9h10. Monté dans le métro en compagnie d'un groupe de filles volubiles. De toute évidence elles ne passent pas l'épreuve de philosophie (ce matin) et s'apprêtent à passer une joyeuse matinée d'excursion dans Paris - atmosphère légère des beaux jours, chaussures ouvertes et robes (oui, j'ai dit robes) légères. Puis, brusquement, un voyageur qui a oublié de descendre bouscule deux filles dont une manque de tomber...Un saxophoniste qui n'a pas vraiment la place de jouer monte Place de Clichy. A l'arrière la conversation des filles roule autour des bactéries (sic) et de Garance -probablement une des voyageuses- portrait: une chemise rayée rouge et blanc, une cravate club bleu-marine, un costume bleu foncé, une casquette grise rayée de blanc, des chaussures noires à lacets verts; sont-ce des fautes de goût ou bien une originalité particulière?
    ...erreur d'aiguillage pour la fin de journée. En tête de rame est affiché Asnières, sur le quai c'est St Denis et à l'intérieur de la rame l'éclairage des stations s'arrête à La Fourche. Je monte et m'assois. Lorsque j'arrive à La Fourche pas d'annonce [pour confirmer la direction] et nous partons sur St Denis. En descendant à Guy Moquet je ne manque pas d'interpeler le conducteur pour le lui signaler. Il s'excuse, il a les yeux rouges.

  • Compte-rendu du 10 janvier

    [la tablée est déjà servie]

    ...avant y'avait beaucoup de boucheries chevalines...c'est là où je l'ai pris...c'est beau comme couverture ça!...Marie-Caroline elle contribue pour les auteurs...c'est pour vous que je m'inquiète...dans un bol de vinaigre...La femme aux deux sourires(1933) et La demeure mystérieuse(1929) [deux romans de Maurice Leblanc mettant en scène les aventures d'Arsène Lupin]...des fois j'ai des J.E. [Vampcruci fait du tricot]...tu fais du combien?...Guernica...la boite en une soirée...diphtérie, tétanos [départ des Cmaupin sans rapport avec l'énumération de ces maladies puis arrivée de One team-one time, enfin un livre est passé en sous-main pour une dédicace bien que l'auteur soit mort]...tu es Pierre et sur cette pierre...crucifié la tête en bas...moi les bonnets inno...c'est presque chez moi...c'est un crime de lèse-science-fiction...j'ai vraiment cru...je t'envois une demie carte postale...y pesait combien?...Thermomix, 4600 recettes...300 grammes de truc, on s'amuse comme on peut...La vie secrète de Walter Mitty...

    Vous n'en saurez pas plus car j'ai fait de longues pauses et mangé beaucoup d'After Eight au lieu de prendre des notes.

    En présence de Elj, Vampcruci, des Cmaupin, Laure69, Chlorine, Maza, Katalobonga, Martine-à-Paris, One team-one time et Mitch19.

  • Page 9 à 12/92 de "365 fois", chronique du métro parisien

    Mercredi 26 novembre 2014 [28]
    Un air de Mélina Mercouri dans la tête. Parfum de clémentine sur le quai. Toujours pas de place assise. Pas d'incident d'exploitation depuis des jours. Le réseau RATP est-il mieux entretenu?
    ...retour. Lecture devenue tout à coup impossible à la montée de voyageurs exubérants et prenant beaucoup de place, ils seront eux-même poussés vers le fond à Invalides par d'autres voyageurs.

    Jeudi 27 [29]
    L'avantage d'être en retard c'est qu'on peut espérer avoir une place assise mais le créneau est étroit. Après une certaine heure il y a moins de rames...les thèmes d'une campagne de pub sont Cendrillon, Le petit Poucet et Boucle d'or (ligne 8).
    ...ligne 12 un accordéoniste monte à St Georges et massacre les airs qu'il connait mal, juste le temps d'une station. Ensuite, on parle anglais et ça sent le savon.

    Vendredi 28 [30]
    Parti à 9h10. Bagages du week-end. J'arrive sur le quai en même temps que la rame et voyage debout.
    ...où l'on se demande pourquoi la gare de Bercy est si mal desservie et pourquoi je n'ai pas fait le bon choix: ligne 10 jusqu'à Austerlitz, à pied jusqu'à Bibliothèque puis ligne 14. J'arrive épuisé sur le quai de la gare, à la nuit tombée, essuyant le flux des voyageurs quittant la gare.

    Dimanche 30 [31]
    Ligne 13, Saint-Lazare 18h30. Le moment de plus grande affluence avec les retours de week-end. Pourquoi le trafic n'est-il pas renforcé? Peut-être les conducteurs de la RATP sont-ils encore en week-end? Changement à La Fourche. Le conducteur a une âme de chauffeur de salle. Peut-être fera-t-il des one-man-show? Nous le découvrirons un jour, et lors de confidences il dira qu'il a débuté à la RATP.

    Lundi 1er décembre [32]
    6°C, 9h15, on tousse sur le quai. Toujours une petite bousculade pour monter. Rien de plus que l'impolitesse habituelle. Affiche d'un nouveau volet des aventures du Hobbit [le film de Peter Jackson]. Sortie du film le 5 ou le 10 décembre, je n'ai pas bien vu.

    Mardi 2 [33]
    6°C, 8h46, incident d'exploitation signalé mais le métro arrive. Tout de même un peu bousculé mais c'est l'heure...on porte des doudounes et des écharpes. On lit La sérénité de l'instant de [Thich Nhât] Hanh.
    ...ligne 3, pas de place assise avant Bourse.
    ...retour, un Martin Eden (Jack London) sur la 8. Sur la 12 parfum écœurant.

    Mercredi 3 [34]
    5,5°C affiché. J'arrive sur le quai avec mes fruits, en même temps que la rame. Peu de monde à 9h20, je vais pouvoir lire...ligne 8, on lit La vérité sur l'affaire Harry Quebert [Joël Dicker].
    ...juste avant que je ne le reprenne, un ancien ministre vient de succomber à une crise cardiaque dans le métro.
    ...ligne 8, nous aussi nous avons un "malaise voyageur" annoncé à La Tour-Maubourg. Nous continuons jusqu'à Concorde. Ici, la rame est évacuée. Devant moi quelqu'un explique que nous sommes probablement le seul pays à évacuer une rame pour un malaise de voyageur. J'emprunte le long couloir de la correspondance, après m'être extirpé de la foule agglutinée sur le quai, pour rejoindre la ligne 12. Le métro arrive, peu de monde. Je monte seulement pour une station. Je sors à Madeleine dans le froid et marche jusqu'à Opéra -passant devant l'Olympia: Michaël Gregorio est à l'affiche- où je prends la ligne 3 avec au moins un quart d'heure de retard sur mon horaire, mais assis!

    Jeudi 4 [35]
    9h30, 6°C. Très en retard mais la rame arrive en même temps que moi. Je monte, m'assois et travaille sur mes textes.
    ...ligne 8, retour avec ma plante de Noël à feuilles rouges, un poinsettia [euphorbia pulcherrima]. Ligne 13, on lit Mark Twain (Les aventures d'Huckleberry Finn).

    Vendredi 5 [36]
    9h05. Je monte dans la rame avec les bagages et des paquets, déjà! A Brochant un groupe d'enfants s'attardent aux plaisanteries de leur âge. A Liège je m'arrête toujours devant le même panneau de décoration (le château de Wégimont). L'habitude de monter dans la même voiture pour sortir au pied de l'escalier à Invalides.
    ...ligne 10. On lit un manuel de français.

    Dimanche 7 [37]
    Métro ligne 10. Trafic normal, on lit La femme rompue [Simone de Beauvoir], affiches de spectacles et aussi pour des montres, sur les quais, en passant.
    ...ligne 13, assis également après 10 minutes d'attente de la rame, les autres se dirigeant vers St Denis. Le froid et la fin du week-end semblent avoir anesthésié les voyageurs. On s'insulte aussi, car dès qu'on manque de place il n'y a plus de règles.

    Lundi 8 [38]
    ...mon retard, plus le "colis suspect" à Champs-Élysées-Clémenceau fait que je vais arriver plus en retard encore...ligne 14, toutes nouvelles rames (Alstom daté de 2013).
    ...retour 16h30 par la ligne1 pour éviter le changement à St Lazare. Annonce: une autre ligne, la 2, perturbée par un "colis suspect" à Nation. Affiche sur le quai à La Fourche dont le titre n'est lisible qu'à la troisième lecture; est-ce une affiche réussie? (Mozart, La clémence de Titus).

  • Meet up du 13 décembre 2016

    [J'arrive vers 19h30, peu de monde pour le moment]...gros colis avec plein de livres...mes morfales de fils et mon mari...y'en a qui ont des goûts spécifiques...j'avais été à Montpellier...à ta question la réponse est oui! [Laure69 vient de descendre l'escalier en colimaçon menant à notre salle secrète en dépliant bien la jambe à chaque marche descendue]...Elisala a pas aimé...deux mots, trois mots, 26 lettres...les bouquins que j'ai prévus y font 400 pages...la légende Arthurienne...j'ai plein de livres en allemand!...Indy elle vient plus à Paris [Dommage, elle était souriante!]...y m'en est arrivé un stock d'une collègue...[arrivée de Elj]...J'ai hérité d'une quarantaine de polars...en anglais la grammaire tibétaine...c'est par date, la vache, ah non c'est l'numéro!...pourquoi merde?...j'ai regardé sur le dictionnaire...des nouvelles, Les veilleurs du feu[de Connie Willis]...y commandent en premier, eux [les CMaupin sont absents ce soir, mais ils mangent tôt lorsqu'ils sont présents]...lire un livre en irlandais...mais de là à dire que...c'était les Beatles...[photokir.jpg du kir de Laure69, servi dans un assez grand verre]...Marion Zimmer Bradley [auteur de romans de science-fiction, elle aurait violé sa fille]...c'est l'endroit pour répercuter des tonnes de rumeurs...c'est la suite...avec les bleus et tout l'bazar...auteur canadien pour les écrivains du monde...et pis vingt pays sur l'année...le 17 mars [2017, pas de train en gare de Lyon, à Paris, une info. Ensuite c'est le calme plat pendant quelques instants après l'arrivée des assiettes]...on se cognait souvent le coude...y faisaient des rotations, on changeait de colonne...ils oubliaient de me répondre sur le fait que c'est à moi de prendre les billets...[suit une histoire de chaudière en panne près de Grenoble]...aspirateur à moucherons...jamais arroser le dessus...en 2017 je vais lire plus de nouvelles...ils essayent de s'enregistrer, ils ont pas de profil...c'était mon dernier, je l'ai enfoncé...le bouquin dans le four pour que...nul, limite porno [Le pied de Jean-Louis Bory, nous avons déjà évoqué ce livre]...un jour je lirai Marguerite Duras...mais tu habites dans ta PAL (pile à lire) y'en avait sous les lits, dans les coins, de chaque côté du trône...j'en garde cinq pour cent...t'y vas et tu fais ton propre challenge...service postal du Père Noël...[et bien d'autres sujets de conversations mais j'ai décroché pour 2016]

    avec la participation de Folrence71, Vampcruci, Katalobonga, Mitch19, Elj, Chlorine, tenscentpistol et Laure 69

  • Page 1/13 de La Dame en rouge (nouvelle)

    L'agence Chaperon and co vivotait jusqu'à l'automne dernier lorsqu'une demande de filature parvint à Suzy. Bientôt je négligeai mes autres affaires, n'ayant d'intérêt que pour la Dame en rouge dont les activités étaient circonscrites entre le boulevard Poissonnière, l'avenue de l'Opéra et la rue St Honoré... jusqu'à cette journée particulière.
    Sur le parvis de St Germain l'Auxerrois, face à la colonnade de Perrault avec qui, je veux le croire, j'ai un lien de parenté, nous jouions à cache-cache. Elle entra dans plusieurs boutiques de chaussures de la rue de Rivoli; puis elle retourna à son appartement, rue Jean-Jacques Rousseau, à deux pas de l'agence située rue du Louvre. Elle en ressortit avec une valise à roulettes. Je devinai que je ne dormirai pas dans mon lit la nuit suivante. Elle prit le métro en direction de la gare de Lyon où je la perdis de vue pour la retrouver dans le hall 2, immobile devant un piano droit. Un homme jouait une mélodie tragique dont elle se détourna rapidement, m'avait-elle repéré? Elle parcourut une dernière fois du regard les écrans de contrôle tout en remontant le col de son manteau.
    Tout en portant le sac en plastique rouge contenant la paire de chaussures, achetée plus tôt dans l'après-midi, elle s'avança vers la tête de quai. Le numéro venait de s'afficher, direction Dijon et Lausanne. C'était son premier déplacement depuis que je m'occupais de son existence. Cette dernière n'avait jusqu'alors été remplie que de sorties au restaurant ou au théâtre. Et je l'avais attendue dans les cafés alentour. Qu'allait-elle chercher dans ces ambiances veloutées de rouge? Y retrouvait-elle des amis? Je ne le sus pas. Elle ressortait seule, invariablement. L'heure du départ approchait, je n'avais plus le temps d'acheter un billet; d'ailleurs il n'était pas question de la quitter du regard.
    Je remontai le quai derrière elle jusqu'à ce qu'elle pénétrât dans une voiture de première classe. Je m'arrêtais un instant devant la porte. Je la suivis des yeux à travers les vitres tout en essayant de joindre Suzy à l'agence. Lorsque la Dame en rouge eut trouvé sa place, j'embarquai à mon tour. Je pris un siège de libre dans la même voiture, à un emplacement où j'étais certain qu'elle ne pourrait pas me remarquer, du moins pas immédiatement. Je comptais naïvement sur le fait qu'elle s'habituerait à ma présence. J'eus enfin un entretien avec ma secrétaire. Le train commençait à avancer, imperceptiblement et je dus m'isoler pour lui donner les dernières consignes de la journée. Je m'apprêtais à passer une longue soirée désœuvré. Après m'être assuré de la destination dans le message de la compagnie ferroviaire je m'endormis. (...)

  • Soirée du 8 novembre 2016

    Les couverts sont déjà sur les tables avec les serviettes en papier mais personne n'a encore commandé. Arrivée de Élisala (ou La belle Jardinière).

    ...je suis dans du Maxime Chattam...pour t'inscrire c'est facile...je me suis inscrite quatre fois...j'ai fouillé un peu, j'ai pas trouvé!...t'as pas marqué où c'était...il a mis huit jours...ils se suicident après!...est-ce que t'as gardé la dentelle...même avec du vinaigre ça pue!...tu parles de Bernard-Henri?...qu'est-ce que vous faites de vos vêtements sales? [arrivée de monsieur CMaupin. Vampcruci nous présente sa housse d'ordinateur, une ancienne housse de coussin doublée. Arrivée de Maza]...est-ce que vous avez arrêté de travailler hier à 16h34?...on est encore jeune, merde...des fois ils font poste à l'épicerie...il faut décrocher, il faut décrocher, décroche!...il en manque une, il est Laure [arrivée de Laure69]...y'a pas Elj, alors!...omelette mixte...le carpaccio s'il vous plait...un bacon-burger saignant...je recommande la chaux vive...il en a écrit un deuxième, meurtre dans le jardin de la bête, ou quelque chose comme ça [on peut trouver Dans le jardin de la bête de Erik Larson]...à la niche!...j'ai raté 90-2001 [il faut faire un résumé de l'actualité cinématographique durant cette période pour mademoiselle Vampcruci]...Maugham...j'ai la liste du vocabulaire que tu cherchais...elle a dit que c'était dans la tête, pas dans les dents...la première semaine tu dis non!...c'est un gilet où tu disais que j'étais optimiste...le tricot avec un bébé dans les bras...une laisse mais pas une muselière...[Elj arrive] j'envoie un M.P. pour avoir l'adresse...[présentation du pull teint au curcuma d’Élisala. Départ des CMaupin et de votre serviteur]

    en présence de Élisala, Vampcruci, CMaupin, Katalobonga, Florence71, Mitch19, Maza, Charline, Laure69, Chlorine et Elj.

  • Le train fantôme

    Au départ de Paris-Austerlitz (vendredi 4 novembre, 17h52) tout est normal. La nuit tombe assez vite et l'éclairage intérieur maintient une douce atmosphère. Je reprends un peu de travail d'écriture en prolongement de la journée. A Orléans j'aperçois à peine la Loire, le fleuve est seulement éclairé depuis la rive droite. A hauteur de Châteauroux le train s'arrête brusquement, sans que le contrôleur ne fasse l'annonce habituelle précisant qu'il faut impérativement descendre à droite dans le sens de la marche. Il fait nuit noire et de là où je suis assis on ne voit pas le quai. Des voyageurs sont descendus d'autres montent. Je n'aperçois le panneau de Châteauroux que lorsque le train repart. Nous avons probablement pris du retard et comme ce n'est pas mon train habituel je connais mal les horaires de passage. A 21h, croyant enfin être arrivé, je me lève et me dirige au bout du compartiment, rejoignant d'autres voyageurs. Le train s'arrête, la porte est ouverte, apparait un quai désert plongé dans le noir et sans indications. Un monsieur descend, qui remonte aussitôt. Une femme pousse un petit cri croyant même qu'il n'y a pas de quai à cet endroit. La dame émotive va ensuite sur Internet vérifier notre géolocalisation. Elle n'en sait pas beaucoup plus. En fait nous nous sommes arrêtés à St-Sulpice-Laurière dont la station est courbe. Nous avons tous failli descendre du train, croyant être arrivés à Limoges. Mais le train repart, j'ai envoyé quelques SMS pour faire patienter ceux qui m'attendent. Je n'arriverai qu'à 21h28 sur le quai de la gare de Limoges avec l'impression d'avoir voyagé dans un train fantôme dont le contrôleur est resté muet.
    Copie à M. Guillaume Pépy, président de la SNCF

  • Compte-rendu du 11 octobre 2016

    [J'arrive juste avant la première assiette. On me tend un recueil de nouvelles de Raymond Carver (Short cuts) que j'ai déjà lu, nouvelles adaptées au cinéma par Robert Altman (1993). Ensuite Vampcruci vient me parler du Journal de guerre de Ernst Junger (Jardins et routes, 1939-1940)]

    ...c'est scandaleux [la bière coule à flots]...de 20h à minuit...en fait c'était huit heures et demi...est-ce que tu t'es posée la question de dormir avec lui...[le ketchup passe à l'ouest]...t'échanges!...I'am not english!...à la randonnée...je suis allée à la librairie Shakespeare et je l'ai posé sur la pile de bouquins...littérature africaine...il est encore plus misérable...déjà deux ans de retard...il a commencé depuis le début de l'année...des trucs très scientifiques...entre la peste et le choléra...ce genre de truc...ça marche bien...Stephen King, y'a quand même un petit peu de recherche, un petit peu de vocabulaire [Katalobonga vient me parler d'une "téléportation" de mon compte-rendu depuis ce blog vers le site et le forum en français du Bookcrossing, bien sûr, je suis d'accord!]...Ne vous noyez pas dans un verre d'eau (de Richard Carlson)...c'est des professionnels...[départ des CMaupin, et oui l'heure tourne!]...l'année de la publication?...[maintenant on paie des parties de flipper avec des chèvres ou même des sacs de sel (sic), il faut suivre!]...James Mc Avoy...t'as loupé ce grand moment...il enroulait ses livres dans du film cellophane de merde...avec zip c'est un peu plus cher!...Saulx-les-Chartreux...ça fait un peu nom de Loiret...mais elle était pas passée?...de Montauban...à fond la caisse...je croyais qu'elle était dans les lampadaires [emarmotte]...elle est bibliothécaire...mais elle j'aurais jamais dû...le cure-dent dans le nez...dans la cuisse tu peux survivre...maintenant tu es avec des Lego potagers...son premier bouquin...et après, il est mort...c'est pas le Code civil...le code des bonne mœurs...on sait même pas que ça existe...à partir du moment où il y a ab devant...je vais en Allemagne mais pas à un meet-up...contre-compte-rendu...[on m'attaque sur des phrases émanant de moi non rapportées: je mentionne donc cette histoire de Picsou avec des tâches dorées sur la peau qui doit manger du chou tous les jours pour les faire disparaître]...radis noir, c'est elle qui l'a cueilli...AMAP...c'est sympa...on est leur jardinier!

    [en présence de Laure69, Katalobonga, des CMaupin, Florence71, Maza, Elisala, Mitch19, Elj, Chlorine et Vampcruci]

  • Omar Sharif (1932-2015)

    acteur-omar-sharif-13198417.jpgOmar Sharif est né à Alexandrie. Il entre au Collège britannique, étudiant les mathématiques et le français (entre autre langue). Après l’obtention de son diplôme à l'université du Caire il travaille pendant cinq ans dans l'entreprise de son père puis il part à Londres, à l'Académie d'art dramatique. En 1954 il débute au cinéma sous la direction de Youssef Chahine -il tourne alors 26 films en Égypte, épouse la star de l'époque, Faten Hamana avec qui il a eu un fils, Tarek en 1957. Il entame dès 1956 une carrière internationale avec La châtelaine du Liban et acquiert un début de notoriété avec Lawrence d'Arabie (1962). Pour Le docteur Jivago (1965) il obtient un Golden Globe. Il ne cessera de tourner, jusqu'à l'année de sa mort. Les conquêtes, réelles ou supposées, sont nombreuses, et sa passion du jeux réelle.

    ma sélection:

    Lawrence d'Arabie (1962) de David Lean, avec Peter O'Toole
    Le docteur Jivago (1965) de David Lean, avec Julie Christie
    Mayerling (1968) de Terence Young, avec Catherine Deneuve et Ava Gardner
    Funny girl (1968) de William Wyler, avec Barbra Streisand
    L'île mystérieuse (1973-tv) de Juan Antonio Bardem et Henri Colpi, avec Philippe Nicaud
    Mayrig (1991) de Henri Verneuil, avec Claudia Cardinale

    filmographie (45)

  • Roger Dumas (1932-2016)

    R.Dumas.jpgRoger Dumas est né en 1932 à Annonay. Il commence au théâtre en 1954 et épouse Marie-Josée Nat. Ils resteront mariés un an seulement. Au cinéma il multiplie les seconds rôles.

    ma sélection:

    Signé Arsène Lupin (1959) de Yves Robert, avec Robert Lamoureux
    L'homme de Rio (1963) de Philippe de Broca, avec Jean-Paul Belmondo
    Tendre poulet (1977) de Philippe de Broca, avec Annie Girardot
    L'antichambre (2008-théâtre) de J.C. Brisville, avec Danièle Lebrun
    filmographie (44)

  • Une coupe de champagne au Dandolo

    danieli.jpgA la nuit tombée, après avoir admiré les lucioles bleues de la Place St Marc qui ne sont que les attractions du moment je me rends au Danieli. Devant le comptoir du concierge a été tournée une scène du film Only you (1994) avec Marisa Tomei et Bonnie Hunt. Le bar n'est pas très loin sur la gauche. dans un décors mauresque s'élève un escalier à tapis rouge, il rejoint l'étage et ses coursives tendues de rouge. Six lustres vénitiens de belle taille et légèrement colorés éclairent la pièce où les fauteuils vont par deux ou par quatre, habillés de tissus doré ou bleu. Le bar lui-même est installé dans un renfoncement rouge, d'un ton moins soutenu qu'à l'étage. Un des côtés, vitré, avec de vieilles boiseries sculptées en sous-bassement est flanqué d'une cheminée de pierre ornée de sculptures, de tapisseries, dont l'âtre est plaquée de faïence à motifs verts sur fond blanc. L'éclairage est complété par des lampes à abat-jours dont les pieds sont des chinoiseries vert foncé avec oiseaux et dorures. Un pianiste vient compléter le tableau, il remplace avantageusement la musique de fond, et en plus il chante. C'est un peu comme si Elton John venait s'occuper de notre bien être, en toute simplicité; variations sur les airs de Casablanca et Besame Mucho que j'écoute jusqu'à la fin.

    bar du Danieli, le Dandolo, Venise
    n°48
    23 juillet 2016

  • Elévation du Palais au 12/08/16 (14)

    pal1.JPGIMG_2895.JPGIMG_28931.JPGIMG_2894.JPG

  • Meet up du 9 aout 2016

    J'arrive à 19h30

    ...la statue en forme d'ampoule...il écrit des trucs très bien, très très bien...je regarde le titre original...à part les États-Unis...l'Algérie c'est quoi...improbable...pays de sauvage...la salade ...le Bové...Jane Fonda elle est mauvaise [Barbarella]...écrabouiller la tranche de citron...un autre à Opéra...[vampcruci attend un gorille qui n'est pas venu au rendez-vous]...nul, limite porno [Le pied, 1977, de Jean-Louis Bory]...se balader avec leur recharge...faire cinq kilomètres pour avoir des oeufs [Pokemon Go]...folle de joie, elle joue une mégalo-mytho...et là elle rencontre une suicidaire qui est amenée à l'institut...[départ des CMaupin]...les éléphants blancs...alimenter Las Vegas...Pokemon, en deux jours y'a du monde sur la route...daube de chez daube (du spécialiste de la daube)...[on a également fait l'article d'un film de 1992 avec Robert Downey, Only You, ainsi que d'un roman de Walter Scott, L'antiquaire, 1816, traduit et publié en France dès 1817, une nouveauté!]

    en présence des CMaupin, Laure69, Elj, Ab Aio, Chlorine, vampcruci, florence71 et Mitch19

  • Un jus d'ananas au Blue bar

    excelsior venise.jpgPar une chaude journée de fin juillet je pénètre dans le hall de l'hôtel Excelsior où la fraîcheur est la bienvenue. Laissant la réception sur la droite, mon regard est attiré par la luminosité de la mer. Je traverse le vaste salon qui se prolonge dans cette direction, me rendant au Blue bar, sur la gauche. L'endroit est également climatisé. Un comptoir semi-circulaire nous accueille, habillé de cuir bleu pâle. Dessus sont posés des verres, des bouteilles d'alcool et une large vasque argentée et dorée avec sa douzaine de bouteilles de champagne plongée dans de la glace pilée; cette même glace pilée qui sera servie avec du caviar à un client installé sur la terrasse en compagnie de ses enfants. En face du bar et au fond de la salle, près de la scène, des fauteuils en cuir bordeaux, des tables rondes -décor de faïence bleue et blanche. L'endroit a vu passer bien des têtes, il reste quelques photos accrochées aux murs: Kirk Douglas, Greta Garbo, Errol Flynn, Joan Fontaine, Ingrid Bergman, Rossellini. Je suis assis en dessous du portrait de Clark Gable...ensuite j'irai marcher sur le sable brûlant en contemplant l'Adriatique.

    bar de l'Excelsior, le Blue bar, Venise Lido
    n°47
    22 juillet 2016

  • Anniversaire de Leslie Caron

    leslie2016.jpgChère madame.
    J'ai eu le plaisir de faire votre connaissance en 2003. Nous avons parlé de cinéma, de votre carrière. Puis vous avez rédigé vos mémoires, d'abord en anglais. Ensuite il y eu une version en français que vous êtes venue dédicacer à la Cinémathèque en 2013. Vous avez fait des apparitions au cinéma et la télévision et puis vous avez joué dans une comédie musicale au Châtelet. Je n'ai pas eu le plaisir de vous croiser à nouveau.
    Bon anniversaire chère Leslie Caron

  • Compte-rendu du meet-up du14 juin 2016

    J'arrive en retard, c'est mon habitude, tout le monde est à table et presque tout le monde mange. les derniers plats finissent d'arriver. Je récupère La métamorphose des cloportes, le DVD, merci Mlle V.
    ...j'ai posé la question à Indy, mais non il va les envoyer...[au menu Savoie-burger et autres spécialités du Petit Châtelet. Indy s'est plainte de ne plus avoir de compte-rendu du Meet-up, je lui indique l'existence du présent blog qui reprend l'ensemble des compte-rendus depuis 2011. Inversion de burgers qui ne perturbent pas les convives outre mesure]...écriture cursive, je sais plus faire ça...le T vachement bien...j'mange rien...cette garce...[départ assez tôt de Florence 71]...improviser comme ça c'est balaise...l'édition...s'appelle A lire...du mauvais côté de la statistique...Jodorowsky [l'artiste franco-chilien Alejandro Jodorowsky est né en 1929]...il avait trouvé tout le monde, et le story-board est magnifique...je me suis arrêté au tome 5...ils achètent des chaussures, y'a même pas de pied dedans...si Mozart il arrive là, je le reconnaitrai pas...payé mille dollars la minute...Eric il est en mode flippant...[nous avons parlé de Barcelonne avant les J.O., et de Prague avec Denscentpistol]...la page d'après, y'a une erreur d'imprimerie...vaincre l'eczéma, c'est quelqu'un qui se grattait...c'est des barres de réglisse, 7 ou 8...[on évoque Murano investi par les vendeurs chinois, et Venise et encore démonstration de tricot pour une couverture-puzzle de grande taille par Vampcruci]

    en présence de Indy2012, de Maza, des CMaupin, Chlorine, Elj, Laure69, moi-même Mitch19, Gadl, Vampcruci, e-marmotte2003, Florence71, Katalobonga et Denscentpistol

  • Crue à Paris au 3 juin 2016

    parc André Citroën à 13h30

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu