2017

Avertir le modérateur

Journal de Paris

  • extrait de "Lettres à Jules Verne"

    Mimi 2.jpg
    ma pièce publiée chez Edilivre

  • Meet up du 10 avril, Café Livre

    Je lis Le tour du monde en quatre-vingts jours de Jules Verne. Je connaissais la version de Jean Cocteau (Mon premier voyage) périple effectué [du 29 mars au 17 juin] 1936, avant d'entamer l'original. Au-delà de l'aspect littéraire on se prend à essayer de refaire, au moins théoriquement le même parcours en s'apercevant qu'il y a des obstacles, pourvu que l'on essaie de faire un trajet à peu près identique, la zone des conflits actuels n'est pas très éloignée du Canal de Suez et de la Mer Rouge...et même lorsqu'on veut aller moins loin on se trouve piégé par des grèves.

    ...j'me fais chier à trouver la traduction de 1970 [traductions actuelles appauvries et beaucoup trop transposées]...y m'en manque un que j'avais pas référencé...c'est un très vieux téléphone qui a six ou huit ans...j'voudrais changer, sur mon bongo... qu'est ce

    article en cours de rédaction

  • 13 mars au Café Livre

    Depuis la dernière fois j'ai terminé Histoire des États-Unis de François Durpaire. Cette synthèse dans une collection de vulgarisation (Que sais-je? 2013) est une réussite car d'une grande fluidité. On saura tout (en tout cas l'essentiel) depuis la découverte de Christophe Colomb (né à Gênes en 1451) par les Indiens comme l'écrit lui-même l'auteur, jusqu'à l'annonce de l'élection de Donald Trump.

    ...ils se sont roulés par terre pour que je revienne...mettez une majuscule, mettez un caractère spécial...pour faire mon mot de passe...c'est la p'tite dame elle l'a trouvé à sa boutique en vente...Circul'Livre et Bookcrossing [arrivée de Laure69 et de Gérard de CMaupin, et de 11]...cassis, pas trop de...c'est pas juste que ce soit...y'a une corrélation entre les consommateurs de chocolat et les prix Nobel...il faut pas quitter Paris [Maza arrive, et de 13]...l'auteur a un nom bizarre [Jojo Moyes qui a écrit Après toi, 2015]...ils essaient tous de t'empêcher de prendre un livre...une nonologie (trois fois trois)...wok de nouilles chinoises...ça c'est le noyau dur [départ de Butterfly alias Nathalie]...on peut faire des activités manuelles [tartines de saumon fumé pour loi]...un pot de départ dans un bar aux Halles...et vous avez une photo avec?...c'est pour Clémence [Mariesg est arrivée en tapinois]...et le temps que je reconnaisse c'était Yann Moix [Elj venait de lâcher un livre de Moix, enfin de lui]...merci Eric!...j'ai pris des cours de flûte à bec...les jumeaux y'avait qu'un cordon qui passait de l'un à l'autre [le repas].

    ...c'était bon mais j'ai faim!...j'hésite à lire le 2ème...tu sais à peine ce qui se passe derrière le mur...la sorcière rouge...à cause de la série télé il a arrêté d'écrire ses bouquins...Banqueting house [de l'architecte Inigo Jones, 1619-1622, voit l’exécution de Charles Ier près de sa façade, cf Vingt ans après, Alexandre Dumas]...les méchants tuent les gentils...peut-être madame Bonacieux...[des oeufs en chocolat circulent, noir, blanc ou au lait, enveloppés de papiers de couleurs]...le gène du plâtre...ma fille elle se faisait des coquards...six heures et demie aux urgences...j'mets un timbre vert décoré...y venait d'arriver au magasin...avec un diamant sur la vitre zzzzz...c'est pas tout à fait le même niveau...si vous êtes pas contents vous avez qu'à vous acheter des ailes...tu peux pas augmenter le stokage chez des amis...[Gérard est à la recherche de son manteau, lorsqu'il l'a retrouvé, il s'en va avec Mme Cmaupin] encore un p'tit Danielle Steel [Cinq jours à Paris, 1995]...et j'aime bien l'école! [départ de Florence 71]...meet-up aux toilettes...mon rêve ce serait de les réunir...si ça se trouve ça serait une connerie massive...deux exemplaires du même livret dans le même livre [page 33 à 64 qui y figurent deux fois; elle rêve de le réunir avec l'autre exemplaire qui aurait une anomalie inversée]...tu l'as en nonuple [Chlorine a acheté neuf exemplaires de Vipère au poing (de Hervé Bazin, 1948) qu'elle n'a pas aimé]...et ça c'est une musique [Vampcruci lit du Barbara Cartland]...et après elle devient amnésique...ça préfigure les Cinquante nuances de Grey [ de E.L.James, 2011]...sa collègue elle se faisait harceler par un type...Hubert de Givenchy [qui nous a quitté, j'en fais autant, de façon moins radicale].

    en présence de Florence71, Cmaupin, Katalobonga, Butterfly (Nathalie), Elj, Chlorine, Laure69, Mitch19, Elisala, Vampcruci, Dencentpistol, Maza et Mariesg.

  • Compte-rendu du meet-up du 13 février

    Depuis janvier dernier j'ai poursuivi la lecture d'un récit foisonnant de La ville des prodiges de Eduardo Mendoza, lecture ralentie par la rédaction d'un récit autour d'Audrey Hepburn (mais c'est une autre histoire). Je plonge dans les développements de l'élaboration de l'Exposition Universelle de 1888. Mais ce récit n'est lui-même que l'ombre portée d'une histoire plus complexe, celle d'Onofre Bouvila, noyée dans la monstrueuse aventure de la ville de Barcelone.

    19h15 environ. Nous avons trouvé une nouvelle adresse, provisoire, au Café Livre, 10 rue St Martin, en face de la tour St Jacques. Lorsque j'entre, je découvre que le mur du fond est entièrement tapissé de livres, un décor idéal pour les agissements de notre confrérie.
    Photo 080.jpg
    ...elle distribuait des patrons de tricot à gogo...pour une durée limitée...le verrou de l'intérieur tu peux plus l'ouvrir...je tapais des requêtes...je cherche des trucs, je cherche des trucs...et mon kir?...ces nouilles-là j'ai du mal à comprendre comment ça marche...très bruyant pendant le club de lecture...trop classe le club de lecture...on boit de la tisane...ça n'a absolument rien à voir avec la prononciation du grec...tu peux parler la bouche pleine...la 7, elle est sur rails [les plats sont arrivés, sauf pour moi, je n'ai pas encore commandé. Je vais prendre des sardines millésimées]...y'a un petit malin qui cherche les cinq qui manquent...1275 âmes [de Jim Thompson, titre original Pop. 1280, 1966 pour la traduction, Série noire n°1000], il est pas dans le...c'est rouge plus vert égale jaune...quand tu mélanges les couleurs en peinture...Cent mètres de silence [Jim Thompson, 1974]...un auteur féminin, OK [retour de la carte pour les desserts]...j'avais occupé le terrain...le raglan, les diminutions...c'est pas une erreur...design modification...avec son bac C [rires, arrivée des brioches et du crumble, départ des CMaupin]...club de lecture comme ça...ma mère elle est dans un circuit de lecture...y'a tellement de monde qui parle de Zola que je m'y mets...j'enregistre pas un livre qui part en morceaux...t'es pas venu en mai au meet-up...putain ma filleule è s'est inscrite et elle a fait des lâchés...ça veut dire chlore en anglais...et puis j'ai chopé un bouquin en anglais...ça veut littéralement dire chlore [voir le compte-rendu du 8 octobre 2013, volume 1 du Petit précis de Bookcrossing]...y'avait "poulet" dedans et Elj s'est jeté dessus...c'était un capharnaüm de bouquins...si tu rencontres Marc Lévy à l'étranger...c'est qui qui lisait en russe?...et en plus elle en avait mis un deuxième en route [départ de Chlorine et Florence71]...c'est là qui y'a la librairie canadienne Abbey bookshop...une ou deux citations du bouquin, des phrases de déprime...29 mai 1900, mon anémie morale dépasse toutes les bornes [je constate que Elj est absent ce soir et qu'il n'a pas de justificatif VALABLE]...à la gare de Nîmes y'a un bar avec des bouquins...le Quais du polar [festival international du polar de Lyon depuis avril 2005], j'ai l'habitude de lâcher [Vampcruci est plongée dans le Petit précis de Bookcrossing, parfois elle rit, nous ne savons pas toujours pourquoi]...vous me trouverez un crime normal pour un mobile normal...est-ce que je peux l'emporter?...j'ai un entretien d'embauche demain matin [on croise les doigts avant de se séparer dans le froid].

    avec la participation de Laure69, Chlorine, Elisala, CMaupin, Katalobonga, Florence71, Vampcruci, Tenscentpistol et Mitch19.

  • Que d'eau, que d'eau!

    Depuis quelques jours ça monte, aussi en bas du park André Citroën, avant hierIMG_6982.JPG











    et aujourd'hui. Pour info la hauteur correspondant à la crue du 3 juin 2016 c'est juste un carreau plus haut
    Photo04761.jpg

  • Compte-rendu du 9 janvier 2018

    ...la première saison est vraiment bonne...ça ressemble à des conversations relevées...[une feuille volante contenant des notes est découverte à l'intérieur de A question of blood [2003] de Ian Rankin...elle est pas très au fait là-dessus [je suis arrivé avant la commande des repas et me contente d'un verre de lait]...le samedi c'est 12-21...et après j'ai cliqué toute la journée sur la console...qu'est-ce que je dois faire déjà maintenant...mais d'habitude je me mets en mode automatique...j'étais même pas pile électrique...j'ai arrêté le maraîchage fin octobre, début novembre...ça faisait partie de mes balades...c'est l'autre qui a eu le mot...du pétrole dans les caves parisiennes...22 dans ma PAL...sur la catégorie ''pirates''...on voulait emménager ensemble bordel de merde!...apparemment c'est un peu dans la généalogie de la famille...si y font des travaux, y font des travaux [il s'agit de trouver rapidement un nouveau lieu pour nous poser]...je suis sur le trottoir du métro, moi...les hommes avaient le droit...mariage avec des grandes différences d'âge...on a dû partir...non mais c'est grave en fait!...j'aime pas la tequila...la villageoise du rhum!...les années 70, Lipp les montres, ça commence maintenant...y'a des p'tits travaux à faire dans cette salle!...y doivent casquer pour leur loyer...les geeks y consomment beaucoup?...y'a une écrivaine qui a libéré sa SF...j'l'ai écouté en audiobook...éduquer les gamins et leurs parents ça commence à me saouler...[Tenscentpistol et Florence71 sont parties depuis un moment]...ah non mais tu vieillis...c'est pas un scoop!...ceux qui me laissent une place assise...je ne prendrai plus le bus pour ne pas rencontrer des gens comme vous!...Des salopes et des anges [dessins Florence Cestac, scénario Tonino Benacquista]...je connais certains qui étaient présentés dans le truc...dessine des personnages avec des gros nez...je m'rappelle du collège...on était cinq ou six à lire régulièrement...L'école des loisirs te fait des réductions [éditeur de littérature ''jeunesse'']...150 phrases à ne jamais dire pendant l'amour [de Valérie Flan et Ana Pile, 2016]...ça f'ra un peu plus, j'vous l'mets quand même?...3/4 d'heure d'heure de lecture obligatoire...ils le font pour la 2ème année...Quand le capitalisme perd la tête [de Joseph E. Stiglitz, 2005]: encore un gauchiste!...arrêtez de parler, j'ai plus de place!...[où il apparaît que la vacuité de Star Wars permet de tricoter dans le noir et sans commettre d'erreur d'aiguillage. Je me retire]...

    en présence de Katalobonga qui a apporté des chocolats délicieux et diffusera ce compte-rendu, de Vampcruci qui nous a fait cadeau de livres, merci à elle, de Maza34, Laure69, Mitch19, Elisala, Tenscentpistol, Florence71 et Elj.


  • La dame en rouge, un recueil de textes

    couverture la dame en rouge 2018.gif

    Ça, y est, je suis passé chez le reprographe et mes trois textes sont imprimés sous le titre "La dame en rouge". Cette première nouvelle est inspirée du Petit chaperon rouge et a été rédigé en décembre 2016. "L'homme en bleu" est, quant à lui inspiré de Barbe bleue, et rédigé en décembre 2017. "La petite souris" est un texte plus ancien. Ceux qui ont pu me rencontrer au meet-up de Lausanne (Bookcrossing) sauront la part prise par la Suisse dans les deux premiers récits.

  • Compte-rendu du 12 décembre 2017

    J'ai acheté une édition de 1964 des Contes d'Hoffmann. Ce sont environ 52 contes, la collaboration de 7 traducteurs et 1625 pages. Ce livre m'attendait. Je l'ai feuilleté une première fois quinze jours avant de retourner l'acheter. Je suis venu dimanche, le tirant de son étagère afin de voir ce qu'il avait dans le ventre.

    [Je suis l'avant-dernier à arriver]...normalement tout est sous plastique...du bicarbonate là-dedans...qui c'est qui les mettait au four?...quand vous passez la serpillère faut pas mettre trop d'eau...je te promets que le camembert, le jour de la St Valentin...[les assiettes descendent dans la salle voûtée, un ange passe dès que les fourchettes sont en main]...y'a des collectionneurs pour tout...au moment de la chute du mur de Berlin...tu dis n'importe quoi...c'est à l'est du parc Georges Brassens...tu t'invites déjà chez moi...faut pas tricher...Jacqueline de Romilly enterrée à Montparnasse...je n'sais pas écrire et je suis à l'Académie française...ce matin j'ai vu Un homme intègre, un film iranien...[départ de One Team One Time qui n'est pas là depuis très longtemps]...le Journal de Paris sur 20 minutes [mon blog; départ de Florence71]...La tour de Babel et l'Empereur de Chine [de Jacques Martin, dans le même album]...c'était en 99...la rue Blomet c'est à l'ouest...du côté de la rue des Entrepreneurs...quelqu'un dans une boutique de laine...j'ai un livre de Suédois, un manuel de Suédois...rue Fizot...spécialiste des cimetières de Paris [Elj]...tu fais pas les portiques d'autoroutes?...des sacs congélation Louis Vuitton...ça dure toute la vie!...moi je rembarque mes invendus...y'a plein de gens qui reçoivent plus de J.E....Tchernobyl like...dix pièces de un franc sont tombées...il voulait l'Art d'avoir toujours raison de Schopenhauer...et là j'ai encore huit ou neuf euros...[21h40, l'heure du départ pour moi]

    avec Laure69, Katalobonga, Vampcruci, Elj, Mitch19, Elisala, Florence71, Tenscentpistol, Sekenere75, One team one time

    20171212_200705.jpg

  • Meet-up du 14 novembre 2017

    Je viens de terminer la lecture du livre Michel Bouquet raconte Molière. En 2017, avant de remonter sur scène pour Le Tartuffe, Michel Bouquet, 92 ans, nous donne à lire sa vision de Molière. S'il l'a abordé assez jeune, il avoue volontiers n'avoir jamais joué les farces mais uniquement le répertoire sérieux, celui qui lui a été proposé. On a envie de lire (ou de relire) Les précieuses ridicules mais aussi La critique de l’École des femmes, Monsieur de Pourceaugnac, l'Avare, enfin tout.

    [J'arrive au moment de la commande des plats et descends moi-même avec un verre de lait]...à Marseille y'en a qu'un qui marche...je fais tellement pas gaffe...en plein trip années 70...des petits trucs qui permettent de s'évader...quel culot celle-là! [on passe au Bookcrossing d'Athènes]...j'aurais pu ajouter la passion des chevaux, tout fout le camp, quoi!...un claquedent!...l'origine du mot claquedent [mot sorti du Larousse]...tous les Astérix! Mon défit de la fin de l'année! [One team nous quitte pour aller au cinéma]...je sais où est Créteil...Le premier jour du reste de ma vie [de Virginie Grimaldi]...tu peux voir les livres des autres?...j'en ai pas des grosses daubes...c'est le roman qu'aurait écrit Adolf Hitler...notice biographique d'Adolph Hitler...réflexion sur différents aspects de la société...science-fiction à papa...une pub incroyable sur leur blog...cette année-là [2015] pour chaque catégorie tu pouvais voter pour une des cinq...[évocation de la mort du père de George Sand]...la casquette de Lénine [Florence71 est partie]...rendez-vous au métro Gaité à 10h, le samedi 18 novembre...[la suite des Demoiselles de Rochefort est un synopsis que j'ai envoyé aux intéressés].

    En présence de Katalobonga, Vampcruci, Elj, Karines92, Mitch19, One team one time, Chlorine, Elisala, Florence71 et Laure69.

  • Danielle Darrieux (1917-2017)

    Elle est née à Bordeaux et passe son enfance à Paris. A quatorze ans elle joue du violoncelle et du piano. Elle se présente pour un premier film, ce sera Le bal (1931), puis toute une série de comédies. Elle épouse Henri Decoin avec qui elle a déjà tourné. Son mariage avec Porfirio Rubirosa sera plus problématique. Elle va travailler durant huit décennies, tournant avec Marcel L'Herbier, Sacha Guitry, Anatole Litvak, Maurice Tourneur, Claude Autant-Lara, Joseph L. Mankiewicz, Max Ophüls, Julien Duvivier, Jacques Demy, François Ozon.

    ma sélection:
    La crise est finie (1934) de Robert Siodmak, avec Albert Préjean
    Ruy Blas (1948) de Pierre Billon, avec Jean Marais
    La vérité sur Bébé Donge (1952) de Henri Decoin, avec Jean Gabin
    L'affaire Cicéron (1952) de Joseph L. Mankiewicz, avec James Mason
    Madame de...(1953) de Max Ophüls, avec Charles Boyer
    Le rouge et le noir (1954) de Claude Autant-Lara, avec Gérard Philipe
    Typhon sur Nagasaki (1957) de Yves Ciampi, avec Jean Marais
    Marie Octobre (1959) de Julien Duvivier, avec Paul Meurisse
    Les demoiselles de Rochefort (1967) de Jacques Demy, avec Catherine Deneuve
    Une chambre en ville (1982) de Jacques Demy, avec Michel Piccoli
    Huit femmes (2001) de François Ozon, avec Catherine Deneuve

    filmographie (54)

  • Meet-up du 10 octobre 2017

    ...samedi midi, les gens sont libres ou pas libres...Derrick, les histoires sont...je regarde la télévision en allemand ou en anglais...Elj from Paris...un week-end où la reine apparaît sur son balcon...on sait pas finalement, peut-être qu'elle dort dans la tenue d'Eve...c'est Moby (petite baleine en tissu présentée en même temps qu'un pantalon à bretelles tricoté par Vampcruci)...bon appétit tout le monde [toutes les assiettes sont arrivées]...elle est nouvelle, je l'avais jamais vue...le journal intime de Baby George...je savais pas qu'elle avait vendu des disques...ils ont traduit littéralement Sky my husband...qui m'a filé la version anglaise? C'était pas écrit en anglais...j'avais voulu faire lire à mon fils La comtesse de Ségur...c'était une traduction de l'anglais...tiens au mois de novembre j'irai à Barcelone...les livreurs de pizza...il est caché où le dessert?...vous avez fait passer jusqu'au bout? [nous mangeons des Ragusa, chocolat suisse aux noisettes, créé en 1942, et apporté par Ydam avec des gâteaux fourrés délicieux dont je n'ai pas noté le nom]...la Elj autrichienne (sic)...au Père Lachaise, Jim Morrison...c'est public...mort d'overdose, ton image elle est déjà écornée...il faut qu'il soit inscrit...[Clarens se prononce CLAREN; pour randonner il faut se rendre à Villars-sur-Ollon et aussi dans le canton des Grisons. A Genève, en sortant de la gare côté lac, sur la gauche, il y a une église catholique, elle est ronde! Je note également que les meet-up de Lausanne se déroulent tous les 1er mardis du mois, au dessus du Macdo, au Vapiano près de la gare, merci Ydam!]

    [en présence de Ydam, Katalobonga, Vampcruci, Mariesg, des Cmaupin, de Laure69, de Chlorine, de Florence71 et de Mitch19]

  • Jean Rochefort (1930-2017)

    Il est né à Paris le 29 avril 1930 et grandit à Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale. A 19 ans il suit les cours de l'école de la rue Blanche puis il entre au Conservatoire national supérieur d'art dramatique. Il n'est pas admis au concours de 1953. D'abord dans des seconds rôles au cinéma il s'impose dans les années 1970. Il obtient le César du meilleur acteur pour le Crabe-tambour (1978).

    ma sélection:
    Cartouche (1961) de Philippe de Broca, avec Jean-Paul Belmondo et Claudia Cardinale
    Angélique, marquise des anges (1964) de Bernard Borderie, avec Michèle Mercier
    Les tribulations d'un Chinois en Chine (1965) de Philippe de Broca, avec Jean-Paul Belmondo et Ursula Andress
    Que la fête commence (1975) de Bertrand Tavernier, avec Philippe Noiret et Marina Vlady
    La grande cuisine (1977) de Ted Kotcheff, avec Robert Morley et Jacqueline Bisset
    Chère inconnue (1979) de Moshé Mizrahi, avec Simone Signoret et Delphine Seyrig
    Je suis le seigneur du château (1989) de Régis Wargnier, avec Dominique Blanc
    Les grands ducs (1996) de Patrice Leconte, avec Philippe Noiret et Jean-Pierre Marielle
    Le comte de Monte-Cristo (1998-TV) de Josée Dayan, avec Gérard Depardieu

    filmographie (53)

  • Gisèle Casadesus (1914-2017)

    Gisèle Casadesus est née à Paris. Son père d'origine espagnole est Henri Casadesus, compositeur et chef d'orchestre; sa mère Marie-Louise Beetz est harpiste. Gisèle fait un passage au cours Simon et entre en 1934 à la Comédie-Française. Elle épouse Lucien Pascal, comédien. Au théâtre français elle tient des rôles d'ingénue, au cinéma elle tourne avec Marcel L'Herbier, Henri Decoin, André Cayatte, Jean Becker, Robert Guediguian et Claude Lelouch.

    ma sélection:
    Verdict (1974) de André Cayatte, avec Jean Gabin et Sophia Loren
    Les enfants du marais (1999) de Jean Becker, avec Jacques Villeret
    Elle s'appelait Sarah (2010) de Gilles Paquet-Brenner, avec Kristin Scott Thomas

    filmographie (52)

  • Le Tartuffe, une esthétique du théâtre

    Le rideau se lève au théâtre de la Porte St Martin sur une sorte de palais vénitien (décors de Emmanuel Charles). Les personnages semblent échappés de Volpone mais c'est bien le texte de Molière, sa modernité, sa drôlerie emballée dans les costumes de Christian Lacroix. Orgon/Michel Bouquet est un père de famille crédule et dépassé par les évènements. L'arrivée de Tartuffe/Michel Fau est une claque au théâtre français; il dépoussière et renouvelle l'interprétation. Avec sa diction si particulière, respectueuse du texte et libérée de toute contrainte dans un délire visuel, il se fait la tête du Dracula de Coppola -coiffure et long manteau rouge. Parfois il est sobre, le plus souvent dans une extravagance de poses -à genoux, couché face contre terre les bras écartés, se flagellant ou bien renversé sur un autel. L'éclairage n'a pas été oublié, rappelant les rampes du XVIIème siècle. De courts intermèdes musicaux ponctuent un spectacle sans entracte et lorsque la Croix monte dans les cintres en s'enflammant le spectacle est total. Entre Michel Serrault et Louis Jouvet c'est l'art de Michel Fau qu'on applaudit autant que Molière.

  • Laird Cregar (1913-1944)

    Laird Cregar est né à Philadelphie le 28 juillet 1913. Le plus méconnu des acteurs hollywoodiens de second plan est mort d'une crise cardiaque en décembre 1944. Il avait tourné moins de 20 films. Je l'ai découvert dans Hangover Square, son dernier film sorti en 1945, un film noir qui illustrait brillamment une de ses facettes. Il avait également tourné des films d'aventures aux côté de Tyrone Power, de Maureen O'Hara, Victor Mature, Gene Tierney. Je viens de trouver en DVD Jack l'éventreur (1944).

    ma sélection:
    Arènes sanglantes (1941) de Rouben Mamoulian, avec Tyrone Power
    Le cygne noir (1942) de Henry King, avec Tyrone Power
    Le ciel peut attendre (1943) d'Ernst Lubitsch, avec Gene Tierney
    Hangover Square (1945) de John Brahm, avec Linda Darnell

    filmographie (51)

  • Meet-up du 12 septembre

    Depuis la dernière rencontre à laquelle j'ai assisté (11 juillet) j'ai terminé un livre d'architecture consacré à Oscar Niemeyer. L'architecte est né à Rio en décembre 1907. Il rejoint l'équipe d'architectes brésiliens de Lucio Costa auprès de laquelle Le Corbusier avait été appelé comme consultant. De 1940 à 1954 il travaille à Rio, Sâo Paulo et Belo Horizonte. C'est ainsi qu'il rencontre Juscelino Kubitschek. Ce dernier, maire de Belo Horizonte, est élu président du Brésil en 1956. Il fait venir Niemeyer à Brasilia comme conseiller en architecture auprès de Lucio Costa. Il conçoit alors les bâtiments les plus importants de la ville et malgré une période d'exil en Europe, poursuit une carrière exceptionnellement longue, travaillant jusqu'à la fin de sa vie sur de nouveaux projets. Il meurt à l'âge de 104 ans, en 2012.

    Douze septembre. A mon arrivée on distribue des branches d'une plante grasse increvable, crassula ovata [plante succulente de la famille des crassulaceae originaire d'Afrique du Sud], elle vit jusqu'à 80 ans. Arrivée de Chlorine.

    ...ils sont arrivés ensemble...[les boissons baissent dans les verres, les piles de livres montent sur les tables]...ils ont des oreilles de lapins, les chevreuils...est-ce que t'as regardé le verso?...le gars qui est assez grand, cheveux gris...si t'as envie de partir en week-end...bon appétit...là où j'ai été hyper bluffé...c'était la rentrée lycée et même bientôt universitaire...c'est ouvert tous les jours...entre 18h30 et 23h...elle a trouvé un autre poste dans une médiathèque...tu comprends pourquoi les japonais ils aiment bien être expatriés en Europe...c'est un roman...Un drame en Livonie [roman policier de Jules Verne, 1904]...elle c'est Florence!...copyright...si tu le lis froidement [la réunion commence à se désagréger, je pars]. C'est un peu court me direz-vous mais c'est comme ça!

    [en présence de Chlorine, des Cmaupin, de Katalobonga qui me donne encore des précisions sur la Forêt Noire, de Florence71, de Mitch19, de Vampcruci, de Mariesg que je n'avais pas vue depuis longtemps, de Tenscentpistol, de Elj et de Laure69].

  • Mireille Darc (1938-2017)

    Elle est née à Toulon le 15 mai 1938. Après le début de la guerre ses parents l'envoient en Suisse. Elle retourne à Toulon et entre au Conservatoire. Elle débute ensuite dans de petits rôles au théâtre avant de faire de la télévision avec Claude Barma. Dès 1963 elle est au cinéma aux côtés de De Funès. Elle enchaine alors les comédies avec Lautner et Yves Robert. A partir des années 1980 et à la suite de problèmes de santé elle réoriente sa carrière. Une réalisation en 1989 et des séries télé ainsi que des reportages.

    ma sélection:
    Les barbouzes (1964) de Georges Lautner, avec Lino Ventura
    Ne nous fâchons pas (1966) de Georges Lautner, avec Lino Ventura
    Les seins de glace (1974) de Georges Lautner, avec Alain Delon
    Le téléphone rose (1975) de Édouard Molinaro
    Les cœurs brûlés (1992-TV) de Jean Sagols, avec Michel Duchaussoy

    filmographie (50)

  • Maggie Smith (1934)

    Elle est née le 28 décembre 1934 à Ilford. Elle étudie l'art dramatique à Oxford et débute en 1956 à New-York. Elle entre ensuite à l'Old Vic Theatre de Londres où elle joue Shakespeare puis Ionesco, Ibsen. Ensuite ce sera Tchekhov et Oscar Wilde. Elle aborde le cinéma dès 1958. Elle tournera sous la direction de Anthony Asquith, Jack Clayton, Mankiewicz, George Cukor et obtient un Oscar pour California hotel de Herbert Ross. Enfin à la télévision où elle a débuté très jeune elle revient dans la série Downton Abbey.

    Vue pour la première fois dans Guêpier pour trois abeilles j'ai appris à la connaître et à l'apprécier à la sortie de Chambre avec vue (1985)

    ma sélection:
    Guêpier pour trois abeilles (1967) de Joseph L. Mankiewicz, avec Rex Harrison
    Voyage avec ma tante (1972) de George Cukor, avec Alec McCowen
    Mort sur le Nil (1978) de John Guillermin, avec Bette Davis et Peter Ustinov
    Chambre avec vue (1985) de James Ivory, avec Helena Bonham-Carter et Judi Dench
    Sister act (1992) de Emile Ardolino, avec Whoopi Goldberg
    Gosford park (2001) de Robert Altman, avec Michael Gambon
    Les dames de Cornouailles (2004) de Charles Dance, avec Judi Dench et Daniel Brühl
    Downton Abbey (2010-2015 TV) de Julian Fellowes, avec Hugh Bonneville et Penelope Wilton
    Indian palace (2011) de John Madden, avec Penelope Wilton et Judi Dench

    filmographie (49)

  • Jerry Lewis (1926-2017)

    De son vrai nom Daniel Levitch, Jerry Lewis est né le 16 mars 1926 à Newark (état du New Jersey). L'acteur comique s'associe à Dean Martin à la fin des années 1940. En 1949 il débute au cinéma, se séparant de son partenaire en 1956. Il réalise son premier film en 1960 (Le dingue du palace). Il engage Bill Richmond et Milton Berle. Par la suite, il saura s'entourer de grands acteurs (Judith Anderson, Kathleen Freeman, George Raft, Agnes Moorehead, Peter Lorre, John Carradine) pour lui donner la réplique.

    ma sélection:
    Artistes et modèles (1955) de Frank Tashlin, avec Dean Martin et Shirley MacLaine
    Le kid en kimono (1958) de Frank Tashlin, avec Suzanne Pleshette
    Le dingue du palace (1960) de Jerry Lewis, avec Milton Berle
    Le tombeur de ces dames (1960) de Jerry Lewis, avec Kathleen Freeman
    Docteur Jerry et mister love (1963) de Jerry Lewis, avec Stella Stevens
    La valse des pantins (1983) de Martin Scorsese, avec Robert de Niro

    filmographie (48)

  • Jeanne Moreau (1928-2017)

    Elle est née à Paris le 23 janvier 1928. C'est la fille d'un gérant de brasserie originaire de l'Allier et d'une danseuse anglaise. Elle passe son enfance à Vichy et termine ses études à Paris. Elle suit déjà des cours de théâtre et, en 1946, entre au Conservatoire national supérieur d'art dramatique. Première apparition au festival d'Avignon en 1947. Entrée à la Comédie française, elle la quitte en 1952 pour rejoindre le TNP de Jean Vilar. Premier rôle au cinéma en 1950. Elle tourne alors avec Richard Pottier. Ensuite ce seront Jacques Becker, Jean Dréville puis Louis Malle et Roger Vadim. Les récompenses arrivent avec Moderato cantabile de Peter Brook. Elle tourne également avec Antonioni, Losey, Orson Welles, Jacques Demy, François Truffaut. Après Jules et Jim elle commence une carrière de chanteuse. Elle rencontre Bunuel, Bertrand Blier, Téchiné, Fassbinder, Theo Angelopoulos, Wim Wenders. Elle réalise elle-même deux films en 1976 et 1979. Mariée deux fois (Jean-Louis Richard et William Friedkin) elle a eu des liaisons avec Pierre Cardin, Louis Malle, Tony Richardson, réalisateur et Raoul Lévy, producteur.

    ma sélection:
    Cinq femmes marquées (1960) de Martin Ritt, avec Silvana Mangano
    La baie des anges (1963) de Jacques Demy, avec Claude Mann
    Viva Maria (1965) de Louis Malle, avec Brigitte Bardot
    La mariée était en noir (1968) de François Truffaut, avec Michel Bouquet
    Une histoire immortelle (1968) d'Orson Welles
    Mille milliards de dollars (1982) d'Henri Verneuil, avec Patrick Deweare
    Le miraculé (1987) de Jean-Pierre Mocky, avec Michel Serrault et Jean-Poiret
    Cet amour-là (2002) de Josée Dayan

    filmographie (47)

  • Rosamund Pike

    Elle est née dans le quartier d'Hammersmith (Londres) en 1979 et commence par jouer au théâtre. On la voit à la télévision dès 1998. Elle débute au cinéma avec Meurs un autre jour, le dernier James Bond de Pierce Brosnan. En 2005 elle rejoint l'équipe du tournage de Orgueil et préjugés et renoue avec les rôles de méchante dans Gone girl (2014).

    ma sélection:

    Meurs un autre jour (2002) de Lee Tamahori, avec Pierce Brosnan
    Orgueil et préjugés (2005) de Joe Wright, avec Keira Knightley
    Une éducation (2009) de Lone Scherfig, avec Carey Mulligan
    Gone girl (2014) de David Fincher, avec Ben Affleck

    filmographie (46)

  • Compte-rendu du 11 juillet

    Terminé le petit livre de Pascal Jardin La guerre à neuf ans. Comme dans Le nain jaune, il fait le portrait de son père, en contrepoint cette fois, homme insaisissable et indéfinissable. Il faisait partie du gouvernement de Vichy mais dans les étages supérieurs de sa maison se succédaient des gens "en transit" pour l'Espagne ou l'Afrique du Nord. Lui, Pascal, a côtoyé Chanel, Giraudoux, Paul Morand, Robert Aron...et puis, à la fin de la guerre, toute la famille est partie s'exiler en Suisse.

    19h50, j'arrive en retard et je me retrouve contraint de rester au rez-de-chaussée; la salle en sous-sol a été inondée. D'ailleurs le noyau dur des fidèles est là, autour d'une table. Je m'installe à côté de Vampcruci, elle essaye de me refiler un livre de Boris Vian. Un livre de Moravia tout déplumé me fait de l’œil. Nous évoquons Paul Morand et Alexandra David-Neel. Je n'entends pas les autres conversations au-delà d'un mètre. Trop de bruit au café-restaurant, et même de la fumée qui reflue de la terrasse. Les plats arrivent juste après moi; frites marrons aux formes curieuses. heureusement, je ne travaille ni pour le Gault&Millau ni pour les services sanitaires, on se situe entre les deux. Laure69, avec son manche à balai, essaie de déboucher une gouttière; tout en picorant sa salade elle nous rapporte l'anecdote. Je me désaltère exceptionnellement d'un Coca pour ne pas me faire remarquer. "On devrait pique-niquer" rare bribe de conversation attrapée. Ce sera un compte-rendu partiel. La vie au travail chez Boulinier -ça me rappelle une BD lue récemment. Histoires de trajets pour se rendre au travail, d'horaires. Histoire d'appartement zen, de chambre sans matelas, de canapé clic-clac, d'enclume et de chevalière. Vampcruci a des citations à noter avant de partir (Boris Vian). Elle s'applique à prendre des notes sur un carnet vert qui s'appelle "le calepin", la page sur Rêve de fer. Je retrouve là des titres de livres lus: Le nom de la rose, Le phare voyage immobile, Le parfum, Le K, Le lièvre de Vatanen, Les chroniques de San Francisco, Jardins et routes, Moins que zéro, Le crime de l'Orient-express (en anglais), Arsène Lupin, gentleman cambrioleur. Évocation également d'un projet, celui de "Tous les lits où j'ai couché", à venir.

    En présence de Katalobonga, Chlorine, Laure69, Mitch19, Vampcruci, Elj et Florence71.

  • Une coupe de champagne au W

    24782478.jpgLes baies vitrées sont largement ouvertes sur la vallée de Bagnes, en dessous de Verbier. Il a fallu cette pluie d'orage pour redonner un peu de fraîcheur. L'ambiance sonore est assurée par un DJ que personne ne semble voir ni même écouter. Le comptoir se dresse au fond de ce vaste parallélépipède où le jeu des cubes au plafond, des abats-jours suspendus, de couleurs diverses dans un camaïeu de bruns fini de créer un volume complexe. Au sol des dalles noires font une large bande le long de la baie vitré ouverte sur de hautes loggias. Le reste du sol, un parquet de bois, est presque entièrement caché par de profonds canapés habillées de cuir marron ou de peluche. Là dessus, rajouter des batteries de coussins, des pouffes de couleur rouge. On nous apporte deux coupes de champagne Roederer. Je finis de cerner le décor. Sur trois murs, sauf celui du DJ entièrement noir, une sorte de fresque faite de lamelles oranges et blanches. On ne la voit pas tout de suite, elle rappelle discrètement une chaîne montagneuse avec ses sommets blanchis. Ajouter des amuse-gueules, chips et fèves craquantes au wasabi...partout de loin en loin, des boites vitrées sont posées, comme autant de lanternes. Ce sont peut-être celles-là qui diffusent cet étrange parfum qui flotte dans l'air, une ambiance propre à l'hôtel. Je l'avais déjà remarqué cet après-midi en passant.

    bar du W, Verbier
    n°49
    21 juin 2017

  • Meet up du 13 juin 2017

    Depuis la dernière fois j'ai terminé Histoires de ma vie de Jean Marais. Un livre qui nous éclaire, entre autre, sur la période de l'Occupation avec l'incident du journaliste collaborationniste qui a été repris dans le film de François Truffaut, Le dernier métro. Marais a fait le coup de poing avec ce critique de théâtre qui avait joué de sa position pour publier une critique négative sans avoir vu le spectacle.

    18h20, je suis en avance pour une fois. Je retrouve, dans la salle voûtée du Petit Châtelet Katalobonga, Marie-Caroline (CMaupin) et Tenscentpistol. Évocation des escaliers à vis de la cathédrale de Lausanne et des escaliers de marbre à Athènes, surtout à la descente. Chute de ski de Katalobonga. Jambe cassée. Bras cassé. Les hébergements sapent l'indépendance du voyageur. Arrivée de Vampcruci, par l'escalier bien sûr. Katalobonga trouve un livre en Forêt-Noire, il y avait des motards parlant français. Et si on faisait du bookcrossing avec de la cocaïne dans les livres, nous aurions plus de succès!...Oh Toulouse, mais où est la place Yitzhak Rabin? Une carte postale d'Angleterre qui n'a jamais été postée, depuis Pâques...Katalobonga attend une carte postale du Cambodge...Une partie d'échec par la poste est compromise, problème d'acheminement, la carte précisant le coup à jouer a été perdue. 19h15, arrivée de Gérard (CMaupin). "Marie ne viendra pas"..."Pars vite et reviens tard [de Fred Vargas], j'ai bien aimé"..."C'est ça qui l'a lancée?". Arrivée de One Team One Time. Il fait la pub pour une soirée qui doit avoir lieu dans deux jours [le jeudi 15 juin, "Paroles en l'air"], il dit et lit des textes à la Commune libre d'Aligre, 3 rue d'Aligre, à 19h15 (près de la gare de Lyon). ["La commune" anime depuis le 14 juillet 2007 un café associatif. Ouvert du mardi au samedi de 11h à 23h, et parfois le dimanche. 01 43 41 20 55, lacommune.aligre@orange.fr]. Il y a à manger, pour 7€ environ. Arrivée de Laure69 (qui apporte 2 Maigret). Qu'est-ce qu'on a vu au cinéma demande One Team One Time..."J'ai lu Les délices de Tokyo" [de Durian Sukegawa, 2015]..."Ma ligne m'interdit de manger après 18h, 18h30"..."Réparer les vivants" [roman de Maylis de Kerangal, 2014]. One Team One Time nous résume le début du film et Laure69 finit par redescendre avec son verre de vin. Arrivée de Elj, je pars. 19h50

    avec la participation de Katalobonga, Mitch19, CMaupin, Tencentpistol, Vampcruci, One Team One Time, Chlorine, Laure69 et Elj.

  • Journal, 19

    Samedi 3 juin 2017, Lausanne

    Par l'intermédiaire de Barbara nous allons visiter le clocher de la cathédrale que nous rejoignons sous des parapluies. A 21h40 nous somme présentés à M. Renato Haüsler. Nous montons avec lui environ 90 marches. Nous débouchons sous la pluie à la base du clocher, éclairés par les projecteurs de la rue. Élisabeth qui nous accompagnait n'a pu gravir les dernières marches, victime du vertige. Elle est redescendue, nous la retrouverons au bas de l'escalier à vis. Ici apparaît une charpente délavée et sans âge, elle soutient les cloches. Nous nous approchons de la porte du local. Notre hôte est entré chercher un large feutre noir et il s'est muni d'une lanterne dans le même style que celle qui est accrochée au-dessus de la porte. A 22h la cloche principale sonne dix fois. Comme nous sommes à moins de deux mètres nous devons nous boucher les oreilles. Le guet est apparu coiffé de son feutre, il a placé les mains en porte-voix et parlé sans crier: "C'est le guet, il a sonné dix, il a sonné dix" et cela sur les quatre façades du clocher. Dans une heure il répétera le même cérémonial dans le calme. Nous l'avons suivi en chuchotant, comme si l'opération avait quelque chose de sacré. Ensuite nous avons eu une conversation à bâton rompu autour de son activité. Parfois la qualité de l'air est particulière et sa voix porte plus loin, mais cela arrive seulement quelques jours par an. Ici, comme dans six autres lieux en Europe cette pratique n'a jamais cessé, à Lausanne depuis le 25 octobre 1405. Après être redescendus nous avons fait remonter la clé de la porte du bas; elle est accrochée à un mousqueton, lui-même attaché à une ficelle qui sera hissée le long de la façade. Notre guet passera la nuit sur place où il nous a avoué réussir à dormir parfaitement malgré la proximité des cloches. Il ne les entend plus, vivant entre ciel et terre, comme dans un phare. A 23h nous attendons sous la pluie, au pied du clocher que le spectacle se reproduise mais avec la pluie nous n'entendons pas la petite phrase. Nous apercevons tout de même la lanterne. A minuit j'ai tenu à voir le guet et sa lanterne depuis la fenêtre de ma chambre d'hôtel qui n'est pas très éloignée...mais je n'ai pas entendu la cloche. Je n'ai pas pu suivre la lumière furtive de la lanterne et à défaut l'entendre clamer: "C'est le guet, il a sonné douze, il a sonné douze"...du haut de son clocher, depuis 1405.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu